La crête des damnés – Joe Meno

Quand Mimine fait des découvertes perso, elle a un peu envie de vous le crier dans l’esgourde façon crieur de place publique à te rendre sourd une girafe. Car y avait longtemps ma bonne Janine que je n’avais pas lu un roman au style aussi détonnant, pétaradant et etcétéra(nt).

Que raconte donc ta diablerie, Mimine ?

Brian, c’est le genre de gars que tu as sans doute croisé dans les couloirs du lycée. Pas populaire, assez insignifiant, un brin loser, bref typiquement le genre de camarade dont tu ne te rappelles pas le prénom des années plus tard, quoi.

Ici, dans les 90’s, Brian suit la mouvance punk ; écoute du hard rock à longueur de journées ; traîne dans les centres commerciaux avec sa meilleure amie Gretchen, punk elle aussi ; et tente de perdre sa virginité, troublé qu’il est par ses hormones bouillantes façon homard dans la casserole de Philippe Etchebest.

C’est ça La crête des damnés.

La vie de Brian.

(haha)

tenor

L’adolescence dans ta face

La crête des damnés c’est le roman d’apprentissage par excellence, le genre de roman qui te fait dire à chaque page « bon sang, j’étais pareil, c’est moi ce livre C’EST MOI ». Parce que Joe Meno a un talent de poulain aux hormones pour parler d’adolescence, faut le reconnaître. Il te parle à toi, à moi, et sans que tu ne le réalises tout à fait, voilà que ton compte Spotify s’est mis à mettre du Avril Lavigne, Linkin Park et Sum 41.

Mais le grand atout, le truc qui m’a fait rater des battements de cœur dès les premières lignes c’est le style. MOTHERFUCKER de style. Langage oral du tonnerre (la traduction française a fait des merveilles), les dialogues sont de véritables bijoux de véracité, avec un parlé adolescent, des répliques qui claquent de gros mots et de réparties cinglantes et accentue l’immersion totale et absolue dans le récit de ces ados en pleine puberté. J’ai lu la majorité du roman à voix haute (et je suis devenue aphone #truestory) et ça a été la grosse éclate tellement j’ai ri, tellement j’ai vécu avec ces adolescents paumés, à travers cette tchatche exubérante, comme du théâtre nature peinture, comme un film indé aux sons rock’n’roll.

Et grâce à ça, on s’attache à ces ados, à ce petit Brian dans son évolution, son immaturité sentimentale et sa quête, sa grande quête : demander à Gretchen de venir au bal de fin d’année avec lui. Et ça va pas être de la tarte.

Tiens en parlant de Gretchen, la fameuse Gretchen, sachez que c’est sans doute le meilleur personnage du roman qui a les meilleures répliques. Elle est drôle, cash, bourrue, complexée, émouvante, puncheuse et c’est le genre de meuf capable de te faire recracher ta gorgée de thé de rire en balançant la meilleure punchline de l’univers :

Le bal de Homecoming, c’est la soirée la plus macho de tous les temps. C’est un peu : « Regarde, je t’ai acheté des fleurs, maintenant tu devrais me sucer. »

Le seul petit bémol a été pour moi la seconde partie qui a manqué de souffle et d’une réelle direction (et de Gretchen). Un peu longuette, un poil redondante, on ne sait pas bien où ça va et les histoires de cul de Brian lassent un poil de… fion (pour rester dans l’ambiance).

Et c’est là, finalement où je me dis qu’avec une écriture, une patoune de dinguo déglinguo tu peux me faire avaler, lire n’importe quoi en fait. Même des trucs un peu chiants, même des passages coup de mou comme ici (ça arrive, même aux meilleurs).

Bref. On va pas chipotailler.

Coup de cœur.


Je remercie chaleureusement les éditions Agullo et le Picabo River Book Club pour cette lecture diablement savoureuse. Puis mes partenaires de lecture Prettyrosemary et Alberte Bly (allez lire leur avis, si vous êtes pas encore convaincu que c’est un super bouquin là).

download

21 réflexions sur “La crête des damnés – Joe Meno

  1. Maaiiiis arrête de me donner envie de m’acheter autant de livres MIMINE JE N’AI PAS LE BUDGET
    En vrai ça a l’air carrément trop cooooooooool je veux. Mais en VO parce que je suis fifou =D

    Aimé par 1 personne

  2. Han, j’adore ta chronique! Tu n’as pas ton pareil sur la blogo pour me donner envie de lire un livre!! <3
    Moi ça me fait penser Aux confins du monde, de Karle Ove Knausgaard, qui parle de son adolescence, et de son but dans la vie : COUCHER ! Bref, un peu même genre, et aussi même vécu que toi. Gros passages à vide mais très…immersif.
    Bref, je retiens celui ci en tout cas!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s