Les Collisions – Joanne Rioux

Les Liaisons dangereuses c’est un peu le truc dans lequel a baigné l’enfant des années 90 que j’ai été. Faut dire qu’entre le sketch des Inconnus, le film de Stephen Frears et le film pour adulescents Sexe Intentions, y avait de quoi tomber dans la marmite. Et puis au lycée, j’ai lu et étudié le roman épistolaire de Choderlos de Laclos et là, BIM représentation d’une époque libertine, condition de la femme, féminisme, la lettre 81 — Et qu’avez-vous donc fait, que je n’aie surpassé mille fois ? —, le génie retorse qui transparaît des lettres de Merteuil et de Valmont, bref y avait de l’admiration dans mon petit coeur.

Du coup.

Quand j’ai vu qu’il existait une nouvelle adaptation jeunesse et contemporaine, la réaction a été immédiate :

« GERONIMOOOOOOO »

tenor (43).gif

Merci les éditions Sabarcane <3

De quoi ça cause ce machin-là ? 

Gabriel et Laetitia sont les Best Friend Forever. Lui est riche, elle est un électron libre. Ils sont beaux comme des dieux, aussi cool que James Dean et Joan Jett, et marchent comme au ralenti dans les couloirs du lycée, bras dessus, bras dessous, affichant leur supériorité sur la fange d’adolescents stupides qui les entourent.

tenor (44).gif

Mais voilà, Gabriel et Laetitia s’ennuient et cherchent des défis à relever. D’autant que le Bac approche et que l’époque du lycée touche à sa fin. Il faut un ultime coup d’éclat qui les fera devenir des légendes. S’inspirant de leur lecture scolaire, Les Liaisons dangereuses, ils décident de reproduire l’histoire et de trouver les victimes parmi leurs camarades de classe. Une Cécile de Volange, un Danceny, un Gercourt et surtout une Mme de Tourvel que Gabriel a choisi en la personne de sa prof d’Arts Plastiques.

Les Collisions sont en marche.

Hello darkness, my old friend 

Olala…

MAIS OLALA.

tenor (39)

Quelle histoire !

Je crois que je n’étais pas prête…

Si la violence psychologique des Liaisons dangereuses a toujours été présente, c’est un fait, sous couvert de tournures de phrase gracieuses et lyriques, le plus souvent ça restait implicite. Là, avec Les Collisions, je l’ai reçue sur le coin de la fraise à chaque page.

tenor (46).gif
Le bouquin // Moi. 

D’autant plus que la première moitié du roman est assez difficile. Non seulement le duo que forme Gabriel et Laetitia est clairement bizarre, mais le souci que j’ai eu pendant cette partie-là, c’est qu’on fait assez peu connaissance avec nos Machiavel en herbe. Car à part dire qu’ils sont beaux/cool, profondément malheureux et aussi bien sapés que les ados insupportables du film « LOL », on en sait finalement assez peu et j’ai eu du mal à accrocher. Très rapidement, on entre dans le BIG plan et on suit un enchaînement d’événements qui semblent être assemblés les uns aux autres sans autre cohérence que de coller au plot original de Choderlos.

Et puis, c’est à partir de la seconde moitié qu’on sent que Joanne Rioux se libère un peu du carcan de l’adaptation pour voler vers son propre roman. Si l’histoire garde la même trame générale, les enjeux sont différents et même la fin tragique en est légèrement modifiée. Tandis que leur fabuleux plan commence à puer le pâté de faisan, Gabriel et Laetitia gèrent différemment les conséquences de leurs actes et c’est là qu’on assiste à un développement très intéressant de nos anti-héros qui se révèlent être des gosses jouant à des jeux qui les dépassent, et un approfondissement de leur relation particulière, entre amour non-avoué et dépendance malsaine.

Question style, la plume possède cette beauté qui allie modernité millennial et classiscisme que j’aime beaucoup lire dans les romans jeunesse de qualité : des références littéraires et musicales ; des ados lettrés qui trouvent dans la littérature un point d’ancrage à leur mal être ; et même cette influence cinématographique commune avec l’autrice (la playlist du roman a le titre emblématique « Bitter Sweet Symphony », joué à la fin cultissime de Sexe Intentions).

Concluons mes bons

Me voilà bien partagée ! Si Les Collisions respire la classe (qui en doutait à la vue de la magnificence de la couverture, hein ?) il n’empêche que le roman reste assez déprimant. Les victimes des collisions de Gabriel et Laetitia vivent une véritable descente aux enfers qui arrive si facilement, si profondément et si exagérément que j’étais partagée entre l’incrédulité et le petit black mood généralement réservé au dimanche soir.

tenor (42).gif
Un jour je vous raconterai mon histoire d’amour avec un paquet de chips un soir dominical. Bande de chanceux que vous êtes ! 

Il est clair que ce roman n’est pas à mettre dans toutes les mains. Ça parle de sexe, de violences sexuelles et de problèmes mentaux, sans parler des relations toxiques des personnages. Même si on parle d’adolescence, le propos est plutôt mature. A conseiller pour des adolescents ++ et avertis.

11 réflexions sur “Les Collisions – Joanne Rioux

  1. Hum hum… Ça me tentait beaucoup mais finalement pas sûre que je vais le lire. En plus j’ai été assez marquée par le côté sombre et triste de deux de mes récentes lectures et je crois que je dois faire une pause dans le « sombre » pour un petit moment. Je vais passer mon tour pour cette fois je pense.

    J'aime

    1. Ah mais pareil, j’ai été vachement étonnée d’où ce que je disais, je pense que je n’ai pas été préparée au bouquin suffisamment. Je me suis lancée dans le truc sans avoir rien lu dessus. D’où PAF la petite claquounette.
      Après ça reste de la grande qualité littéraire comme toujours chez Sarbacane, beauté du style, toussa.

      J'aime

  2. Je l’ai lu et adoré aussi ! Je trouve que l’adaptation de Joanne Richoux est superbe. Elle réussit à reproduire l’ambiance malaisante, les personnages sombres, la violence sous-jacente.. Gros coup de coeur !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s