Le sacrifice des dames – Jean-Michel Delacomptée

J’vous l’dis, Mimine a des petits carillons dans la tête depuis ce matin, la faute à un samedi un peu chargé en liquide et à peu d’heures de sommeil. Ce qui me fait penser qu’on devrait sérieusement se pencher sur la question du lundi transformé en second dimanche, parce qu’un seul ça suffit plus, faut se rendre à l’évidence.

giphy.gif
Où est donc passée ma jeunesse ? (Où sont passés les beaux jours ? 
Les nuits bercées de « je t’aime » 
Et les poèmes d’amour)

Voilà, alors si elle cite du Julio Iglesias, c’est que le Bordeaux et les quelques coupettes de champ’ font encore effet.

Bien.

Sur ces entrefaites, j’suis encore capable de vous livrer, là comme ça à chaud comme un pain au chocolat tardif, mon avis sur Le sacrifice des dames de Jean-Michel Delacomptée. Une histoire de femme. Forte, intelligente, entreprenante et guerrière.

De quoi ça cause exactement

En ce début du XVIe siècle, les Ottomans menacent la Hongrie. Le comte Gabor, joueur d’échecs incomparable, gouverne le comitat de Paks. Sa fille Judit, joueuse hors du commun elle aussi, se désespère de l’apathie de son père face au péril turc. Elle voudrait prendre sa place au plus vite. Sa mère, la comtesse Livia, cupide et avide de pouvoir, nourrit la même ambition. Toutes deux se haïssent. Pour parvenir à ses fins et sauver son pays, Judit trame un projet machiavélique. Elle le mènera jusqu’au bout, sans peur et sans pitié. Alors naît sa légende. (quatrième de couverture)

Conte ou pas conte 

Vous connaissez ces bouquins qui pendant que vous les lisez vous plaisent bien et dès que vous les finissez, impossible de raconter ce que vous avez lu (enfin pas en détail) ? Oui et bien là j’ai ce petit souci. Je sais que j’ai bien aimé, je sais que j’ai trouvé la plume agréable (j’ai pas vu le temps passer), mais alors vous raconter de quoi ça cause exactement…

En fait la difficulté de parler de ce livre, c’est que j’ai lu et ressenti Le sacrifice des dames comme un conte. J’ai été assez vite transportée par la plume, par l’apparente simplicité de la prose qui m’emmenaient vers un récit d’apprentissage, enveloppé par une aura mi-historique, mi-fictionnelle, plongeant le lecteur parfois dans la confusion. « J’ai à faire à quoi en fait ? » me suis-je souvent demandée. Pas de manière négative cela dit. Curieuse et intriguée, je me suis laissée portée, tranquillement, sans trop me poser de questions.

giphy
Ta moumoute est tellement moelleuse copain. 

Judit n’est pas de ces « princesses » belle comme un petit coeur. Elle n’est pas très jolie mais grassouillette et courtaude. Elle s’en tape, clairement. Pour elle, tout ce qui compte, ce sont les parties d’échec quotidiennes avec son père, grand joueur et surprenant stratège. Nourrie par les histoires sur son grand-père, grand héros de guerre, Judit rêve de conquêtes et d’héroïques faits d’armes, aiguillonnée par la frustration de ne pas voir son propre père Gabor (portée sur la bibine) avoir autant de carrure. J’ai bien aimé ce petit côté Girl Power (où la nana rêve d’autre chose que de robes à paillettes et de beaux princes) d’autant plus que c’est accentué par la rivalité entre Judit et sa mère Livia. Toutes deux sont des femmes fortes et intelligentes qui désirent ardemment régner à la place du comte Gabor. Quitte à avoir envie que Papa meurt rapidement.

giphy.gif

On fait dans du recommandage ou pas ? 

Oui. Le sacrifice des dames est un roman qui se lit très bien, déjà parce qu’il est assez court, mais surtout parce que je n’ai pas ressenti de lourdeur. Ici on ne s’embarrasse de longues descriptions et on va droit au but (du coup ça renforce l’idée de l’inspiration du conte dont je vous parlais tout à l’heure). Et ça c’est bien.

Lecture en partenariat avec les éditions Robert Laffont et Netgalley que je remercie tous deux.

 

 

 

 

10 réflexions sur “Le sacrifice des dames – Jean-Michel Delacomptée

      1. hahahahahahahahahah je voulais me rappeler de la fin des paroles alors j’ai juste copié-collé ta phrase dans google et le premier résultat de recherche c’est la page wiki de la trichotillomanie #changementd’ambiance )

        J'aime

  1. Chronique pour le moins énigmatique Chaton. xD Mais je comprends au regard de l’effet assez étrange que ce bouquin semble avoir eu sur toi. Je l’avais acheté parce que l’intrigue avait l’air d’envoyer du bois et parce qu’on me l’avait bien vendu en librairie. J’espère que ce sera chouette. x)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s