Le livre qu’il faut que vous ayez lu

S’il y a un petit bouquin à lire en ce moment, c’est bien celui-là : Lettre à celle qui lit mes romances érotiques et qui devrait arrêter tout de suite, est le coup de gueule de l’écrivaine et journaliste Camille Emmanuelle, spécialiste sur les questions de sexualité. Vous voulez rire (jaune) ? Vous êtes au bon endroit.

Camille Emmanuelle nous l’avoue sans détour, si elle a un jour écrit des romances érotiques pour une maison d’édition numérique spécialisée, c’était par nécessité. Temps de vache maigre et loyer en retard à payer obligent, le contrat était pas dégueu : écrire pendant un an sous un pseudonyme plusieurs romans avec à la clé une rondelette somme. Pour avoir déjà travailler sur des livres parlant cul, c’était assez easy pour Camille Emmanuelle. Or voilà, les contraintes et les directives aberrantes de la maison d’édition ont eu tôt fait de refroidir l’auteure.

Et, alors que je suis une auteure féministe, j’ai contribué à délivrer aux femmes des messages extrêmement vieillots sur leurs corps, leur vie, leurs rêves, leurs fantasmes.

Se basant sur son expérience professionnelle mais également sur sa propre réflexion sur la littérature érotique en plein essor, Camille Emmanuelle peint au vitriol avec un humour décapant cette industrie de masse très lucrative depuis le phénomène Cinquante Nuances de Grey. Une usine où les auteurs n’ont aucune marge de manoeuvre ni la possibilité d’innover.

Le constat est déplorable. Sous l’étiquette apparente féministe dont cette littérature se pare avec fierté, se cache les relents nauséabonds d’une certaine idée de la femme. Vous vous rappelez ces publicités sexistes des années 50-60 de la ménagère attendant amoureusement son mari et dont nous nous gaussons à présent ? Rassurez-vous cette représentation de la femme est toujours d’actualité. Vous voulez un exemple ? Camille Emmanuelle nous révèle la vision toute particulière du service marketing de leur lectrice type (à l’instar de l’héroïne) : c’est une gourdasse. Une petite chose fragile incapable de réfléchir par soi-même, inculte et apolitique, à qui on veut faire croire que seul le mâle peut lui procurer du plaisir ; un petit être qu’il faut chouchouter en la faisant s’évader à grand renfort de luxe, de bijoux, de jet-privés, de mariages fabuleux et de paires de Louboutin offertes par un beau milliardaire (forcément viril et dominant) cachant une blessure secrète. Enfin bref, tout ce qu’une femme normalement constituée devrait rêver…

giphy (6).gif

Un roman érotique n’est pas moderne parce que son héroïne mange des putains de cupcakes, il est moderne parce qu’il présente une vision nuancée, complexe, curieuse et diverse du plaisir et du sexe.

Et si on serait tenté de dire que c’est pas si grave, c’est juste des livres, ça fait pas de mal, Camille Emmanuelle nous rappelle la pornographie masculine et ses conséquences sur l’idée que se font parfois les hommes de la sexualité. Selon l’auteure, la littérature romantico-érotique de masse comme elle est produite à l’heure actuelle aurait les mêmes conséquences sur les femmes. Ça m’a rappelé le film Don Jon de Joseph Gordon-Levitt (que je vous adjoins de regarder si ce n’est pas déjà fait) et le rapport de force entre les deux personnages : celui de Gordon-Levitt, Jon, accro au porno et de sa petite-amie Barbara jouée par Scarlett Johansson (merveilleuse en cagolette sexy), accro aux comédies romantiques. À force de voir et de re-voir les mêmes schémas fantasmatiques sur leurs écrans, tous deux ont développé une image complètement déformée des rapports amoureux. Or pour Barbara l’addiction de Jon est déviante contrairement à la sienne qu’elle juge « normale » d’où le gros problème de leur relation amoureuse : elle est juste incapable de voir que ce qu’elle reproche aux fantasmes sexuels de Jon est en tout point semblable à ses propres fantasmes romantiques (cf. la scène dans le magasin de déco-bricolage juste HALLUCINANTE).

Vous l’aurez compris, la critique de Camille Emmanuelle vise uniquement un certain genre de romans érotiques qui connaissent une publicité massive alors que leur message est puant. Car le but de l’auteure n’est en aucun cas de bannir l’érotisme, mais bien au contraire de promouvoir la modernité et le féminisme que l’on mériterait de voir plus souvent. D’ailleurs, elle ne manque pas de donner quelques titres érotiques d’auteurs « peu connus » que je me suis empressée de noter.

Dire que ce petit essai d’une centaine de pages est à lire serait un euphémisme. Outre le fait qu’il soit porté par une plume immensément drôle, l’essai de Camille Emmanuelle nous met face aux contradictions de notre société en matière de sexualité et de représentation de la femme. Bref. C’est à lire et à offrir !

« Ecrivons, lisons et fantasmons sans entraves », devrait-on taguer, ensemble aujourd’hui.

46 réflexions sur “Le livre qu’il faut que vous ayez lu

  1. Je sens que ça va encore bien m’énerver ce truc mais bon, c’est une lecture indispensable, on est bien d’accord !

    Tiens dans le genre, ça me fait penser à un bouquin que j’ai lu il y a pas mal de temps et qui m’avait bien fait marrer : Et ils s’envoyèrent en l’air d’Elizabeth Maxwell, il n’a pas eu beaucoup de succès alors qu’il le méritait franchement ! L’héroïne est justement une autrice de roman érotique et par je ne sais plus quel miracle, ses deux principaux protagonistes (le beau riche viril et la douce donzelle en détresse) s’échappent de son ordinateur pour arriver dans la réalité. Dit comme ça, ça a l’air complètement n’importe quoi mais ça remet en cause pas mal de clichés décrits ici :D

    Aimé par 2 people

    1. Tu vas voir Emmanuelle a le don de faire passer la pilule avec l’humour, du coup même si on est estomaqué par certains trucs, on rigole beaucoup !
      Ah non je ne connaissais pas du tout Maxwell et c’est bien dommage parce que ça doit être vraiment sympa. Je le note de suite merci ;)

      Aimé par 1 personne

  2. J’avoue que j’ai un peu de mal avec ce genre d’essai ou l’auteur crache dans la soupe qui l’a nourri :S

    Ceci dit, je comprends qu’il faille parler de toutes ces coulisses (car beaucoup de personnes ne connaissent pas l’envers du décors – celui des séries TV est merveilleux par exemple) car on mérite mieux que tous ces clichés sexistes et racistes qu’on ne ressert encore et encore…

    Du coup l’auteure a pu publier d’autres romances ou elle se concentre sur les livres informatifs ?

    J'aime

    1. Cracher dans la soupe n’est pas vraiment le terme je pense, elle a arrêté son contrat en plein milieu tellement elle n’en pouvait plus. Comme elle l’explique, quand elle a commencé elle avoue avoir mis son mouchoir sur ses principes pour payer son loyer jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Je pense que sa volonté d’écrire cet essai tient dans son désir de « réparer » les conneries qu’elle a écrites dans ses fameux romans (dont on ne connaît pas les titres d’ailleurs). Après de ce que j’ai pu voir de sa biblio, elle écrit des essais sur la sexualité en général et je crois bien qu’elle a écrit un ou deux romans érotiques signées de son nom chez des éditeurs plus « ouverts ».

      J'aime

  3. Je suis ici grâce à lire à la folie et j’ai vraiment hâte de me procurer ce livre. Il fait exactement écho à ce que je disais dans ma chronique de Samedi dernier et je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule à partager ce point de vue ^^

    Aimé par 1 personne

  4. Ahhh Don Jon !!! Ca fait des années que je veux le voir ! Mais pourquoi je note jamais les choses (ou plutôt, pourquoi je les note toujours à des endroits que je suis sûre d’oublier/perdre)… Merci du rappel haha
    Au passage, ça m’intéresse ! J’aime toujours voir les coulisses des milieux bien médiatisés, faire un constat de l’envers du décor au lieu de critiquer juste la façade. (Ca risque pas de me faire plus aimer la façade en l’occurence, on est bien d’accord, mais après j’ai l’impression de critiquer en connaissance de cause, ce qui est plutôt satisfaisant !)

    Aimé par 1 personne

    1. Eh bah écoute Don Jon c’est vraiment pas mal. Le film aborde des réflexions intéressantes et les acteurs sont très bons. Donc ouais vas-y les yeux fermés.
      Ah ça pour la visite VIP des coulisses, tu vas être servie avec Lettre à… . L’auteure fait part par moment de ses échanges avec l’éditrice et c’est juste… fabuleux. Et drôle.

      Aimé par 1 personne

  5. Je ne suis pas du tout étonnée de ce constat. C’est ce que je reproche le plus également aux récits de romances (quelque soit le genre), à pas mal de bit-lit, à quasiment toute la chick-lit et maintenant aux romans érotiques commerciaux.

    Mais, nous pouvons aller plus loin, la pub, les clips musicaux, …. Disney,…

    Bref, déprimant!

    J'aime

  6. Article très très intéressant. Je ne lis pas de littérature érotique parce que je déteste ce schéma type et patriarcale qu’on nous livre. Mais il ne s’agit peut être que des best-seller… Bref, cette lecture m’a l’air bien intéressante, alors je me la note ! Merci pour ma découverte,
    Victoire

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ta visite Victoire ! :D
      Je ne sais pas si cela concerne uniquement les best-sellers, mais comme la grande majorité (dont je fais partie) n’a pas une grande connaissance de ce qui se fait ailleurs dans le domaine, j’avoue c’est difficile de plancher dessus. N’hésite pas en tout cas à te plonger dans cet essai, parce que même si tu te sens pas concernée directement, le tout est très drôle à lire.

      J'aime

  7. J’apprécie toujours l’idée, quelque soit le sujet abordé, de bénéficier du point de vue d’une personne ayant été au cœur même du domaine dont il est question. C’est d’autant plus intéressant que nos points de vue se rejoignent sûrement

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s