Poison – Sarah Pinborough

À l’occasion de la dernière Opération Bragelonne dont je suis très friande, je me suis laissée tenter par la trilogie de Sarah Pinborough des Contes du Royaume : Poison, Charme et Beauté. En compagnie d’Adlyn du blog Livres et Petits Papiers, on s’est laissée aller à la découverte d’une réécriture sexy mais fidèle du conte de Blanche-Neige.

41kz-rut1KL._SX316_BO1,204,203,200_

La reine Lilith est la toute jeune et seconde épouse du Roi d’un royaume lointain. D’une grande beauté glaçante, la reine nourrit envers la fille de son mari une aversion qui grandit de jour en jour. Blanche-Neige qui n’a que quatre ans de moins que sa belle-mère, est en effet une jeune femme douce, généreuse et dont la beauté légendaire séduit les peuples. Or voilà la reine Lilith a bien compris que pour assoir son autorité et son pouvoir, elle doit mater le caractère indocile et pourtant innocent de Blanche-Neige. Profitant de l’absence du Roi parti en guerre, la reine met à exécution son plan…

Disons le franchement, Sarah Pinborough n’a pas pris de très gros risques avec cette nouvelle réécriture du conte des Grimm. Et pourtant, les petits détails apportés pour étoffer l’histoire permettent de se mettre dans une bien chouette ambiance fantasy. Quelques références aux autres contes et mythes émaillent l’histoire et trouvent leur place avec un certain naturel. Pour ceux qui seraient habitués aux références méta de la série Once Upon A Time, vous ne serez pas surpris par les partis pris.

En ce qui concerne la personnalité des personnages, elle est plus développée (forcément) que dans les contes, notamment celle de la reine Lilith qui incarne là une méchante reine nuancée. Ses actions sont « compréhensibles » et ses failles que l’on entraperçoit auraient même mérité un roman plus épais. J’vous avoue avoir eu un petit faible pour Lilith, jeune femme mariée de force à un homme qu’elle déteste et qui la dégoûte profondément. Encore plus lorsque sa vision lucide sur l’amour des hommes (qui n’est en réalité que du désir sexuel) entre en résonance avec ce que va vivre l’innocente Blanche-Neige (qui elle croit en l’Amour dur comme fer). Oui parce que le prince charmant là, il a juste envie de la pécho très fort la « BN », soyons clair. D’ailleurs, il est très bizarre. Amoureux transi, mais genre totalement gaga dès le premier regard, il est tellement dégoulinant d’amour et de paillettes (et de désir) que même BN on sent qu’elle est un poil agacée. Ou c’est moi qui interprète.

Notre Blanche-Neige est rendue moins cruche (elle l’est toujours attention, mais un level en dessous) comme pour coller à l’ambiance du roman et j’ai accueilli ces petites modifications à bras ouvert. Dotée d’une indépendance de caractère qui contrebalance avec sa naïveté naturelle, elle monte à cheval comme un homme et fait des concours de boissons. Oui oui Blanche-Neige se murge à la binouze avec ses potos les nains. Mais, attention elle garde quand même une haleine fraîche et fleurie même après avoir englouti un rôti entier et descendu quelques bières. Hé c’est une princesse, pas la radasse du coin non plus. Elle chante et danse aussi. Parce qu’elle est naturellement heureuse notre Blanche, même avec toutes ses petites galères familiales. C’est peut-être les effets de l’alcool aussi…

giphy (5).gif
J’suis beurrée comme un petit Lu. LOL.

L’ensemble n’est au final pas hyper foufou. C’est bien écrit, le style est joli et ça se lit agréablement. Même le fait que la narration ne soit jamais axé sur BN mais sur les personnages qui l’entourent est bien trouvé. Mais je m’attendais à ce qu’on aille un peu plus loin. Car si le concept est franchement pas mal, mettant en place des scènes de plumard explicites et une certaine noirceur que l’on a perdue avec les adaptations édulcorées, la suite logique de l’histoire de Blanche-Neige est un peu planplan. La fin tombe un peu en queue de poisson, car malheureusement l’auteure n’a pas réussi à donner un souffle romanesque à son histoire. Voyez, je ne suis pas très fan du dessin-animé de Disney, mais la scène finale avec la reine sorcière et les vautours m’a toujours foutu des frissons.

Poison est une énième réécriture qui malheureusement a du mal (à mon humble avis) à sortir du lot en proposant quelque chose d’original. Dommage que Pinborough ne soit pas partie plus loin dans le délire de l’artiste. Y avait tellement de quoi faire pourtant.

Retrouvez l’avis d’Adlyn ici même !

21 réflexions sur “Poison – Sarah Pinborough

  1. Tu trouves le prince chelou? Attends de lire la suite XD tu vas être servie!!!
    Et comme je le disais chez Adlyn, la trilogie n’a pas lieu d’être car tous les livres devraient être lu d’un coup, tout se développe et se complète par la suite 😉

    J'aime

      1. Tout devient plus clair dans le 3e tome, mais le tome 2 reste lié quand même au tome 1… bref… c’est un livre en 3 parties mais un livre entier avec ces 3 parties xD

        J'aime

  2. Je me souviens l’avoir lu dans un moment où j’avais besoin de sourire et ce livre m’a donné l’envie de sourire et de rire. Parce qu’il y a quand même beaucoup d’humour noir grâce aux personnages (je me rappelle du bucheron et du prince). Le tome 2 est génial aussi, le tome 3 également (on en apprend beaucoup sur le prince fou). Le premier c’était une mise en bouche pour ce qui va suivre. C’est pas la trilogie qui sera un coup de coeur mais c’est quand même une trilogie qui se lit avec plaisir.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est pour cette raison que je déteste ce dessin-animé et ce depuis toute petite. J’avais envie de la baffer. J’me souviens même que j’avais écrit une histoire où quand elle s’enfuit dans la forêt et qu’elle est pourchassée par les ombres, elle mourrait dévorée par des monstres. Et la Reine devenue la plus belle et donc plus sereine épousait le Prince fou amoureux d’elle. J’devrais moi aussi me mettre à écrire des réécritures en fait ! x)

      Aimé par 1 personne

  3. Je l’avais emprunté à la bibli celui-là, puis rendu sans l’avoir lu, je ne sais pas pourquoi, une espèce de flemme, sans doute. J’y jetterai bien un oeil à l’occaz, ça a l’air drôle (ou alors, c’est juste ta chronique ? Je ne sais dire ^^)

    J'aime

  4. Je vois qu’on a eu le même ressenti au final : une lecture agréable mais sans ce véritable « petit plus » qui pourrait la rendre mémorable !
    M’enfin, sait-on jamais, la suite nous consolera peut-être de cette fin assez abrupte, d’autant plus que je te rejoins bien sur l’empathie crée pour Lilith tout de même.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s