Chanson douce – Leïla Slimani

Commencer l’année avec un Goncourt, ça tape un peu sa mémé, avouez. Mimine a eu l’espace d’un instant de fortes ambitions livresques. Parce que parfois Mimine se souvient qu’elle est une adulte de 26 ans et que la littérature pour « grandes personnes », de temps en temps, c’est pas si mal. Banco quinté plus, Chanson douce fût une agréable découverte.

Jeune couple parisien, Myriam et Paul sont les heureux parents de deux enfants en bas-âge. Or lorsque Myriam, qui jusqu’ici était mère au foyer, décide de reprendre une activité professionnelle, le couple se voit dans l’obligation d’engager une nounou, malgré la réticence de Paul. Seulement voilà, engager une parfaite inconnue d’accord, mais pas n’importe laquelle. Alors qui ? Voilà qu’arrive Louise, une sorte de Mary Poppins, aux manières si élégantes, si raffinées qu’elle charme très vite la petite famille. Au fur et à mesure, Louise prend une place telle dans le foyer qu’elle en devient indispensable, jusqu’à ce qu’un jour, ça dérape sévèrement.

La particularité de Chanson Douce, c’est que vous saurez dès le premier chapitre comment tout ça va se terminer. Débuter une histoire par sa fin est un petit pari risqué, mais faut bien avouer que ça accroche (ou pas) son lecteur rapidement. L’intolérable nous est servi sur un plateau dès les premières pages, libre à nous de détourner les yeux ou de vouloir continuer. À votre avis, qu’est-ce qu’elle a fait Mimine ? Elle a continué bien évidemment. Pas froid aux yeux, moi madame, j’ai lu Daddy Love de Joyce Carol Oates, je peux désormais tout affronter.

giphy.gif

Chanson douce possède les codes du bon thriller, lui empruntant le suspense et les situations de tension. C’est peut-être un des Goncourt les plus faciles que j’ai lu, dans le sens où, ça se lit assez vite sans difficulté. Je vous avoue que j’ai un peu pris l’habitude de me lancer dans les Goncourt un peu chelous qui me demandent de l’énergie et du temps. Là, avec Chanson douce, c’est passé comme une lettre à la poste. Fingers in the nose, comme on dit.

Prenant un thème les plus communs au monde, que vous soyez parents ou que vous ayez vous-même connus des nounous (MOI MOI), Leïla Slimani rentre dans le quotidien ordinaire des gens et dissèque les rapports entre employés et employeurs, à une époque où les frontières de hiérarchie tendent à se gommer de plus en plus. Pour Paul et Myriam, avoir une nounou est quelque chose d’assez nouveau dont ils se sont toujours refusés les services.

Le couple oscille entre la volonté de mettre une distance entre leur nounou et eux, mais en même temps de ne pas paraître « petit bourgeois » ni d’établir une relation « maître-domestique » dont l’idée leur fait horreur. Et pourtant, c’est exactement ce qu’il s’y passe. Insidieusement, petit à petit, les rapports se crispent pour des petites choses, des petits riens, une parole, un geste, une marque d’attention ou d’indélicatesse… Jusqu’à ce que l’irréparable se produit.

Un samedi matin, je suis tombée sur une rediff de Bibliothèque Médicis, l’émission littéraire où le présentateur Jean-Pierre Elkabach parle beaucoup, beaucoup trop. Leïla Slimani était l’une des invitées. Selon elle, le roman serait l’allégorie d’une lutte des classes. Franchement, je vous avoue, que j’étais un peu passée à côté au départ.

Si l’histoire reste assez conventionnelle (pas de très grosses surprises à l’horizon), l’écriture de Slimani a été pour moi une véritable découverte. L’ayant loupé avec son avant dernier roman qui avait fait grand bruit, Dans les jardins de l’ogre, pour une raison tout à fait simple et claire c’est que j’en avais pas envie, je m’en mordrais presque les doigts maintenant. Jamais trop tard, Slimani est désormais dans mes petits papiers.

 

22 réflexions sur “Chanson douce – Leïla Slimani

  1. Bon, faut définitivement que je le lise celui-ci, moi qui ai tendance à fuir les Goncourt comme la peste, c’est bien le seul qui arrive à me tenter. Et faut que je lise aussi Daddy Love, parce qu’en une phrase (même si j’étais convaincue par ta chronique, hein), t’as réussi à me faire frétiller !

    Aimé par 1 personne

    1. Moi ce que j’aime bien avec les Goncourt, c’est toujours la grosse surprise : est-ce que ça va être bon ou pas. Parce que franchement mon dernier coup de coeur Goncourt en date remonte à perpète les alouettes. Bonne lecture de Chanson douce (que me chantait ma mamaaaan, tatatata…) !

      J'aime

  2. Bon je vais probablement outrepasser ma rage de grosse rageuse qui rage (AZY LE GONCOURT IL ETAIT POUR DEL AMO) et essayer cette petite Chanson douce dont tout le monde dit tant de bien. Et puis l’idée du genre thriller primé, ça fait quand même plaisir. J’ai acheté Dans le jardin de l’ogre que je lirai surement d’abord, je t’en dirai donc des nouvelles si tu ne le lis pas avant. x)

    Aimé par 1 personne

    1. Ouais mais comme me l’a dit un copain libraire, abusé de la vie, Chanson douce est un Goncourt facile pour que les gens achètent plus. Apparement le jury regrettait également de ne pas l’avoir donné à Slimani pour Les jardins de l’ogre, du coup… Pendant que tu liras Chanson douce, faudra que je me fasse le Del Amo.

      Aimé par 1 personne

      1. Parce que les gens vont l’acheter. Le Goncourt est devenu au fil des ans un peu comme une opération de communication. On ne s’imagine pas le nombre de gens qui vont aller l’acheter ou l’offrir (parfois même sans savoir de quoi ça parle ni même le lire un jour) simplement parce qu’il y aura marqué Goncourt dessus. Après y a des petits chef-d’oeuvre, attention. Pour moi le dernier en date, la dernière prise de risque du Goncourt, car c’est un livre très difficile à lire (mais bondieusement sublime) c’est Les Bienveillantes de Jonathan Littel, il y a plus de 10 ans.

        J'aime

    1. A toi non plus, pas de Goncourt lu ? Bah alors les filles qu’est-ce qui se passe ? :p Une fois j’avais découvert que j’en avais lu bien plus que ça quand j’ai vu la liste des lauréats : Duras, Emile Ajar et Romain Gary, Malraux… Si ça se trouve tu as déjà lu un Goncourt sans même le savoir.

      J'aime

      1. Ah bin après vérification j’ai effectivement déjà lu un Goncourt ^^ Et Marion aussi vu qu’on l’a lu ensemble en prépa: Le Rivage des Syrtes de Gracq… Quelle claque ce livre pour ma part ! Bon et y a aussi Malraux, Le premier accroc coûte 200 francs et l’Amant ! ça me semble être une petite liste bien honnête. Merci, grâce à toi je sais que j’ai lu des Goncourt ahah

        Aimé par 1 personne

  3. J’ai les bienveillantes dans ma PAL j’ai lu la première phrases qui m’a achevé à la librairie mais j’ai aussi eu des échos comme quoi fallait pas être dépressif pour le lire… du coup oui je recule (je suis une petite nature TT). Chanson douce me tente non pas parce que c’est le Goncourt mais parce que j’avais adoré et ressenti une atmosphère particulière pour son Dans le jardin de l’ogre !

    J'aime

    1. Disons que Les Bienveillantes a certainement le plus beau prologue jamais écrit, une profession de foi assez limpide et qui nous fait rentrer très vite dans le récit, alors que dépassé les premières pages, ça se corse beaucoup. Quand je l’ai lu, j’ai du mettre des mois pour le finir en alternant avec d’autres lectures. Car ouais, c’est un peu chaud patate. Notamment le début, dans les fosses communes en Ukraine… Mais j’avoue avoir été assez fascinée, voire hypnotisée, par le récit, son narrateur amoral, parfois aussi par cette écriture chirurgicale, mécanique et froide qui retranscrit à la perfection (à mon sens) l’administration nazie, implacable. Ça se tente en se laissant faire et sans chercher tout de suite à vouloir tout comprendre d’un coup.

      J'aime

      1. Je pense que je le lirai cette année même si j’ai un peu la frousse, c’est un sujet qui m’attriste beaucoup et en même temps qui me fascine, même si je lis tous les livres traitant de la Shoah je ne comprendrais jamais pourquoi il y a eu cet acte totalement inhumain. Faudrait aussi que j’apprenne à alterner des lectures, j’ai l’habitude de n’en lire qu’un par un.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s