Macbeth – William Shakespeare

En novembre, mes deux lectures »coup de coeur » ne faisaient que vanter les mérites de William Shakespeare. Ni une ni deux, à l’occasion d’un dimanche #freetimealltheday, je me suis fait plèze : Macbeth la pièce puis l’adaptation ciné dans la foulée. Et c’était carrément chouette.

Au Moyen-Âge, en Écosse, Macbeth est l’un des grands chefs de guerre du roi Duncan, lorsque les trois soeurs du destin, sorte de Parques, lui prédisent qu’il deviendra roi. Rapidement, Macbeth formante avec l’aide de son épouse le meurtre de Duncan alors que le roi et la cour réside chez les Macbeth. Les princes héritiers en fuite, Macbeth s’accapare la couronne, mais le remord et la folie le guette, et le tout nouveau roi tombe alors dans un engrenage dévastateur.

Si certains passages, notamment tout ce qui se passe avec les princes héritiers en exil, m’ont laissé un peu de marbre, je ressors de là avec la conviction qu’il faut que je lise plus souvent du Shakespeare. On retrouve bien sûr ce qui fait le sel des pièces de Monsieur William et sa particularité à créer le décalage entre tragédie et bouffonnerie, surnaturel et chansons paillardes qui arrivent pile après une scène de massacre.

ellen_terry_as_lady_macbeth
« Ellen Terry as Lady Macbeth », John Singer Sargent, 1889.

J’étais surtout curieuse de faire ma propre idée sur le personnage de Lady Macbeth, l’archétype littéraire de la femme manipulatrice et perfide qui murmure à l’oreille de son mari, l’éminence grise sans qui peut-être l’acte de traîtrise n’aurait pas été commis. Personnellement, j’ai trouvé que sa place dans la pièce est bien moindre par rapport à ce que je m’étais imaginée. Même si elle joue un rôle décisif dans l’accomplissement de la destinée de son époux, c’est un personnage qui reste relativement en retrait, elle-même victime de son mari qui part en cacahouète, rongé par la culpabilité et littéralement hanté par ses démons. Sans elle, Macbeth aurait-il eu le courage de porter la main sur son roi ? D’accomplir la prédiction des soeurs du destin ? Vu que Tintin est très déterminé et se voit assez vite porter la couronne avant même d’en parler à sa femme, j’aimerais croire que oui. Car faut voir le gaillard, un personnage qui n’a aucune barrière psychologique et qui se laisse guider allègrement par ses pulsions. En voilà un qui a un gros problème de surmoi. Appelez Docteur Freud immédiatement.

Non, si vous voulez l’avis de Mimine, le véritable serpent, tentateur et pervers, ce sont les trois soeurs-sorcières. En lui prédisant l’avenir, ce sont bien elles qui injectent le poison qui va conduire un homme à sa perte. Voilà pourquoi je ne foutrais jamais les pieds sous la tente d’une médium pour connaître ma destinée.

373333.jpg
Macbeth de Justin Kurzel, 2015.

Comme je l’ai dit plus haut, dès la dernière page lue, je me suis jetée sur l’adaptation récente de la pièce. Réalisé en 2015 par Justin Kurzel avec dans le rôle des époux diaboliques, Michael Fassbender (assez oufissime) et Marion Cotillard, le film est à voir, aussi bien pour ses interprètes que pour la beauté de ses plans naturels de l’Écosse à couper le souffle. Un peu watzefeuk sur les bords, on est dans du cinéma d’auteur pur, et une première partie un peu désincarnée, l’adaptation fidèle se vit malgré tout comme une expérience cinématographique très intéressante et enrichissante. Je vous conseille toutefois d’avoir lu la pièce avant quand même. Ça peut surtout aider à la compréhension.

Maintenant que Mimine a mis la main dans le pot de confiture, elle va se mettre prochainement à Othello. Et pas toute seule, car la copine Pikobooks l’accompagnera dans son périple. To be continued… donc.

16 réflexions sur “Macbeth – William Shakespeare

    1. Zut, il y a une erreur sur le lien attaché à mon précédent commentaire : il pointe vers une plateforme WordPress où j’avais fait quelques essais suite à une vague envie de nouveauté, qui n’a pas abouti.. à ne pas consulter !

      J'aime

  1. J’avais relu aussi la pièce avant de voir la même adaptation que toi. J’avais trouvé le film un peu long mais joli visuellement et bien interprété. Il faudrait que je relise Othello également un de ces quatre. Ca craint, je ne me rappelle même plus de l’histoire…

    Aimé par 1 personne

  2. je compte bien lire Macbeth un jour, mais j’admets que j’avais été plutôt refroidie par une pièce de théâtre ( qui ne mettais pas en scène Macbeth à vrai dire, je pense que ça aurait pu être n’importe quelle pièce de théâtre utilisée ça aurait fait la même )  » Macbeth, The notes  » et j’avais purement détesté ce spectacle, du coup j’ai eu un assez gros blocage pour lire l’oeuvre. Mais comme j’adore Shakespeare bien que j’en ai lu peu, je me dis que cette peur est inutile et que je n’ai rien à craindre pour découvrir ce texte !
    Je ne sais pas si tu as lu le Songe d’une Nuit d’été, qui est pour le moment mon chouchou shakespearien. Je pense que la prochaine pièce que je lirais de lui sera la Tempête, la mise en scène du Globe m’intrigue pas mal d’ailleurs !

    J'aime

      1. J’ai eu la chance de voir une mise en scène par les élèves d’une école de théâtre et je trouvais ça encore plus merveilleux de voir cet univers prendre vie ! Déjà qu’au cours de ma lecture j’étais fascinée ( et que j’avais un amour fou pour Puck haha ), voir tout ça s’animer devant mes yeux était un pur moment de plaisir !

        Aimé par 1 personne

  3. Tout à fait d’accord avec ton interprétation des Lady Macbeth et des sorcières. Ce sont bien ces trois sœurs qui le rendent fous en lui infligeant une destinée. Dame Macbeth est bien obligée de palier avec la folie de son mari ou elle aussi finira tuée par son cher et tendre ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s