Continuer – Laurent Mauvignier

Bien que je sois en mode PLS depuis hier soir, après avoir vu le premier épisode de la saison 7 de Walking Dead #boucheriesansnom #coeurbrisé, je sors deux minutes de mon trauma pour me remettre au turbin avec ce très beau roman qu’est Continuer, petite nouveauté des éditions Minuit et de mon très cher Laurent Mauvignier.

Pour reprendre la formule de Prettyrosemary, y a du chaton intello dans l’air. Ouais, aujourd’hui on se permet. Samedi on parlera cul, vous en faites pas.

img_2079

Sybille est une mère et une femme dépassée. Elle, à qui la vie lui promettait le plus brillant des avenirs, a vu ses choix et ses peines détruirent à feu doux son existence. Fraîchement divorcée d’un mari méprisant et détestable, et ayant à charge leur fils unique Samuel, elle découvre que ses erreurs ont des répercussions néfastes sur son jeune adolescent. Alors elle prend une décision. Folle et inconsidérée peut-être, mais pour Sybille c’est la seule solution pour sauver son fils qui perd lentement mais sûrement pied : partir à cheval dans les montagnes du Kirghizistan (pays d’Asie centrale) pendant quelques mois et tenter de renouer le lien avec sa progéniture.

Ah mon Laurent, mon Lolo, te voilà de retour. Et j’en suis bien contente. Parce que tu m’avais un peu perdue la dernière fois avec ton Autour du monde que j’ai du, pardonne-moi, abandonner. C’est bien simple, je n’aurais pas lu ton nom sur la couverture que je ne t’aurais pas reconnu. Mais là, c’est sûr avec Continuer c’est bien toi.

Faut savoir que Mimine est en adoration devant Laurent Mauvignier depuis sa lecture coup de coeur Dans la foule (l’avis ressorti des archives royales est ICI). C’est surtout, plus que l’histoire en elle-même, une sacrée écriture qui t’envoûte et t’hypnotise, utilisant le concept de stream of consciousness dont j’avais déjà parlé dans mon billet sur Le bruit et la fureur de Faulkner. Un concept d’écriture que Marcel Proust et Virgnia Woolf (entre autres) ont utilisé et qui consiste à reproduire le cheminement de pensée en flux continu, comme ça nous arrive quand on pense à mille choses en même temps et qu’on saute du coq à l’âne d’un claquement de doigts. Ça a pour effet que les phrases sont longues, très longues mais agréables à lire puisqu’on ne peut plus s’arrêter.

DONC, tout naturellement, quand je vois un nouveau Mauvignier sur la table d’un libraire, je m’empresse de l’acheter. Et Continuer est arrivé au moment où j’avais besoin de renouer avec la littérature de grandes personnes.

J’ai déjà parlé de l’écriture alors parlons de l’histoire. Le roman est certes court mais bougrement efficace dans sa concision. On suit, à travers les souvenirs de Sybille qui se remémore son passé grâce à l’écriture d’un journal intime, un duo mère/fils dysfonctionel et bancal, mais touchant : Sybille, qui se remet durement en question en tant que mère et femme, et Samuel, ce jeune ado, vulnérable, qui exprime sa solitude et son mal être avec violence. Ils ne se comprennent plus, le dialogue étant devenu impossible entre eux deux.

Ainsi, le récit s’articule autour de la séparation psychologique et la réunion physique forcée d’une mère et d’un fils devenus des étrangers l’un pour l’autre, confrontés ensemble au barrage de la langue et à la vie nomade du Kirghizistan, bien loin de la civilisation occidentale. De rencontres en rencontres avec des tribus nomades et des touristes français, de chevauchées folles, de dangers encourus ensemble, petit à petit, Sybille et Samuel vont apprendre à continuer à vivre, coûte que coûte.

Touchant, émouvant, brutal aussi, Continuer se lit avec délectation. Conquise et heureuse, j’ai retrouvé un Mauvignier en grande forme. En plus, quand Monsieur fait des références à Heroes de David Bowie et à la musique de Star Wars, Mimine ne peut que se pâmer. Ce n’est cependant pas le roman de Lolo que je conseillerais à ceux qui voudraient connaître l’écrivain. Parce que rien, mais alors rien n’égale jusqu’ici Dans la fouleCompris ? Bien. Mimine peut donc se remettre dans son pouf avec son thé et son bouquin et oublier Walking Dead. Enfin jusqu’à la semaine prochaine.

19 réflexions sur “Continuer – Laurent Mauvignier

  1. Ce livre est dans ma PAL mais je tarde, ce n’est pas le style que j’ai l’habitude de lire
    Quant à TWD, j’attends d’être seule demain soir pour le regarder; ‘lhomme n’est pas très friand des zombies et part justement en répèt.
    toute seule dans la maison, je vais flipper à mort mais c’est si bon ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Bon, c’est décidé avant la fin de l’année, je me fais ce petit Mauvignier que tu aimes tant (en tout bien tout honneur). Et on optera pour Dans la foule si j’ai bien compris.
    Mais comme je te comprends avec ce petit plaisir #ExceptionIntello… J’ai emprunté le dernier Del Amo à la médiathèque et je frétille à chaque fois que je passe devant dans ma bibliothèque.

    J'aime

    1. *sautille sur son fauteuil et frappe dans ses mains* Ouiiiii !
      Ah Del Amo, le truc sur l’abattoir des bêtes ? Han je sais pas si j’aurais le courage de le lire. On peut me tuer des humains autant que tu veux, me montrer leur souffrance, mais dès que ça parle de bêtes, Mimine a le coeur qui souffre. Je n’aurais qu’à lire ton avis !

      Aimé par 1 personne

  3. Tu rappelles à ma mémoire cet auteur que j’ai découvert en prépa et que j’avais oublié. Pourtant quel coup de coeur ! J’ai lu « Loin d’eux », un roman incroyablement touchant et introspectif…
    Tu me donnes vraiment envie de redécouvrir cet auteur à travers « Continuer »
    Merci pour cette piqûre de rappel :)
    Victoire

    J'aime

  4. Je suis en pls aussi à chaque fois que je repense à TWD, je me demande ce que va donner l’épisode suivant… Mazette, il va y avoir des larmes. Pour revenir à nos moutons/bouquins, je ne connais pas du tout cet auteur (mais je crois que je l’ai déjà dit, je ne sais plus…) et tu me donnes bien envie de le découvrir ! A voir si j’arrive à trouver ce fameux « Dans la foule » :)

    Aimé par 1 personne

    1. Ben moi aussi. Ouais ils nous ont fait pleurer et serrer des fesses comme jamais, mais après est-ce que ca va tenir la route tout ce schmilblick. Et puis Machin qui est mort, merde. C’était ptêtre la seule personne saine d’esprit dans ce groupe. Enfin Bref !
      Mauvignier, c’est bon pour la santé !

      J'aime

  5. Ping : Octobre 2016 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s