Carthage – Joyce Carol Oates

En juin dernier, je m’étais attelée à Carthage de ma nouvelle idole Joyce Carol Oates, après l’avoir redécouverte avec le très glauque Daddy Love. Oh mazette ! Encore une fois, la dame m’a épatée et coupée les guiboles propre et net. Je le clame haut et fort, Joyce Carol Oates fait partie des meilleurs écrivains américains contemporains. Mimine s’incline.

img_1889

Juillet 2005, à Carthage, petite ville des États-Unis, tout semble parfaitement à sa place quand la fille cadette de l’ancien maire, Cressida Mayfield, disparaît sans laisser de traces. La dernière personne a l’avoir vu ? Brett Kincaid, héros de guerre revenu d’Irak traumatisé et handicapé, qui jusqu’à présent était le fiancé de la soeur aînée de Cressida, la très jolie et très parfaite Juliet. Malheureusement, pour le jeune caporal, on retrouve des gouttes de sang appartenant à Cressida dans sa jeep. Il n’en fallait pas plus pour que Brett soit suspecté immédiatement et qu’il avoue, contre toute attente, être le coupable. Seulement, sans cadavre, y a-t-il toujours « meurtre » ? 

giphy-61

En partant sur la base d’un roman policier, qui n’en est pas un naturellement, Joyce Carol Oates taille au vitriol le portrait d’une Amérique encore empêtrée dans une guerre qui n’en finit pas, ainsi que de ses valeurs chères : famille, patrie et liberté. Avec ce sens de l’ironie et ce refus à l’indulgence, Carol Oates nous concocte un drame familial terrible où les protagonistes nous sont livrés sans concession. Et c’est ça que j’aime beaucoup chez Oates, elle n’épargne personne pas même les victimes. Il faut voir la façon dont la jeune Cressida est dépeinte : absolument insupportable, où l’asociabilité et l’égoïsme flirte avec l’intelligence supérieure, Cressida est difficilement appréciée dans sa petite ville, même au sein de sa propre famille. Et paf.

J’ai vécu cette lecture comme un véritable thriller psychologique où chaque personnage est pressé comme un citron corse et poussé dans ses retranchements jusqu’à l’ultime révélation. Le lecteur n’est pas en reste, puisque tout le long nous sommes plongés dans une narration qui sautille, qui tressaute, qui nous captive tout en alternant les points de vue. On retrouve d’ailleurs assez facilement les thèmes chers à Carol Oates : la question de la rédemption, le fardeau de la culpabilité, la difficulté de pardonner et le « vivre après ». Mais c’est surtout à travers le personnage brisé et désillusionné de Brett Kincaid, le jeune américain, beau, grand et athlétique caporal qui s’est engagé dans une guerre basée sur des mensonges, que le récit brille par sa noirceur et par son humanité en mettant en place une critique acerbe sur les conflits irakiens et la peine capitale. C’est moche, c’est dur à avaler, mais c’est limpide.

Je pourrais continuer pendant des heures à vous parler par exemple de la soeur parfaite Juliet Mayfield, qui va se révéler bien plus complexe qu’il n’y paraît ; des parents Mayfield qui se déchirent et s’éloignent meurtris par la disparition de leur fille ; de la façon dont le roman fait des petites références à Expiation de Ian McEwan ; et de cette fin… Ah les enfants, si il y a un auteur qui les réussit avec brio, c’est bien Madame Oates. 

Mais je vais m’arrêter là, parce que je suis à ça de trop vous en dévoiler. Alors voilà ce qu’il y a retenir : Carthage est un roman captivant, brillant et parfaitement orchestré, 600 pages de régal sans commune mesure. Un gros coup de coeur de Mimine.

giphy-63

18 réflexions sur “Carthage – Joyce Carol Oates

  1. Argh je n’ai encore jamais rien lu d’elle alors que son nom m’attire toujours dans les librairies, il doit y avoir une malédiction qui nous sépare. Par contre j’ai vu Foxfire: Confessions of a Girl Gang qui s’inspire de son roman, et j’ai adoré! Tu me conseilles lequel si je dois commencer?

    J'aime

    1. Je l’ai découvert avec Les Chutes qui est vraiment très bien, tu peux commencer avec celui-là. Daddy Love c’est très spécial, je le conseillerai pas à tout le monde. J’avais commencé Confession d’un gang de fille mais je n’ai pas trop accroché (d’ailleurs il faudrait que je regarde le film). C’est comme Maudits que j’avais commencé également, mais le livre m’est tombé des mains.

      Aimé par 1 personne

  2. Ping: 2017
  3. Si tu aimes Joyce Carol Oates, je te conseille vivement Mère Disparue et Petite Soeur, Mon Amour. Mudwoman aussi. Bon, ce qui est bien avec cette auteure c’est qu’elle est très prolifique, donc il y a à boire et à manger pour tout le monde :)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s