Alouettes – Jeanne A. Débats

Allez vas-y ! -… …- Vas-y je te dis, appuie sur le bouton « Publier »- J’peux pas. C’est mon premier Service de Presse, je peux pas descendre ce bouquin. – Hé ! C’est de l’honnêteté qu’on te demande, pas du cirage de pompe. T’as pas aimé, t’as pas aimé. Point barre. Y a pas mort d’hommes, je t’assure. Alleeeeeeez ! Si tu le fais pas, je publie sur les réseaux sociaux une photo de toi en maillot de bain à fleur et bonnet en caoutchouc. Tu sais celle où tu imites une baleine. – Saaaaalaud ! T’es pire qu’une vipère. – Je fais ça pour ton bien Mimine. Alors appuie sur ce satané bouton ! – Okay. Voilà c’est parti. Content ? – Très. 

FullSizeRender

Trois ans ont passé. Agnès ne se remet toujours pas des événements, racontés à la fin du 1er tome, et noie son chagrin dans le whisky et la bouffe. Et depuis, elle n’a pas remis les pieds au bureau de son oncle Gérault, qui gère les affaires notariales des êtres de l’AlterMonde. Mais l’heure est grave. Le monde surnaturel se retrouve dans une crise sans précédent : une contagion d’amour entre espèces se propage qui a pour effet que de jeunes couples, zombies et licornes, vampires et kitsunes, sirènes et garous, viennent au cabinet demandant à être mariés. Or, la loi interdit que des espèces différentes se marient sous peine de déclencher des guerres interfamiliales. Qui sont ces Roméo et Juliette ? Et d’où vient cette épidémie d’amour interdit ? Ça, Agnès et ses collègues vont bientôt le découvrir à leurs dépens.

J’avais lu en mars dernier le premier tome de la nouvelle série Urban Fantasy française de Jeanne A. Débats, L’Héritière, et suite à mon billet, j’ai eu l’honneur de recevoir de la part des éditions Actu SF que je remercie fort au passage, le deuxième tome, paru début Avril. Malheureusement, si j’avais bien aimé le premier tome, passé la surprise et la nouveauté, le second m’a beaucoup moins plu. Et pourtant ça partait plutôt bien. Toujours avec ce ton cocasse coutumier, le roman démarre sur les chapeaux de roues avec comme premier chapitre : « Qu’est-ce qu’un orgasme ? », signant ici le thème principal de l’histoire : le sexe. Il faut bien avouer que Jeanne A. Débats a un certain talent pour savoir dès les premières lignes t’alpaguer avec des punchlines coup de poing. C’est clair, net et précis. Ça me plaît bien en tout cas. Jusqu’à un certain point.

Le plus gros problème, c’est qu’Agnès passe la majeure partie de son temps à analyser son comportement vis à vis du sexe, des hommes et de ses histoires d’amour antérieures et futures. Elle se pose beaucoup de questions, voire trop, et ses réflexions sur les relations homme-femme, l’égalité des sexes et sur son supposé féminisme deviennent vite répétitives. Je trouve un peu paradoxal pour un roman qui se veut assez novateur dans le genre où l’héroïne ne souhaite pas être prise pour une potiche soumise aux hommes, de ne tourner autour finalement que du cul et des mecs. Ça ne m’aurait pas vraiment dérangée si cela ne se faisait pas au détriment de l’intrigue qui manque un peu de souffle. C’était également le cas pour le premier tome, peut-être moins prononcé, les péripéties de l’histoire sont en effet assez mal réparties. Si le début met en place avec un certain humour la nouvelle intrigue de cet opus, ce n’est que vers la fin du roman que tout s’enchaîne, ne laissant qu’un milieu assez lent et mou du genou où les atermoiements sexuels d’Agnès ne font que combler le vide.

D’autre part, j’attendais de ce second opus des relations entre les membres de l’équipe une plus grande profondeur. Le premier tome posait les bases, plutôt bien d’ailleurs, pour qu’on apprenne à connaître les personnages et le nouvel environnement d’Agnès. Or, ici, Zalia, Navarre et Géraud (j’écarte Agnès étant la narratrice) n’ont le droit qu’au strict minimum niveau développement. On en sait pas plus sur eux et leurs tics de langage et de comportement deviennent vite redondants, voire parodiques : Zalia la sirène passe toujours son temps à se maquiller dans la salle de bain (oui parce que vous comprenez c’est une femme, et une femme ça se maquille à longueur de journée. Vous avez dit féministe ?) et Navarre continue de lire dans son fauteuil des comics tout en faisant semblant de ne pas s’intéresser à Agnès qui elle par contre bave constamment sur lui. Quant à l’oncle d’Agnès, Géraud, c’est un personnage difficile à cerner et pour qui je n’ai pas un grand attachement au final. Entre son mutisme perpétuel et ses expressions outrées quand ça parle de sujets « olé olé », son attitude guindée et très trop protectrice envers sa nièce et cette manie de vouloir cacher plein de choses, alors que ça pourrait avoir un intérêt capital pour l’histoire, j’ai vraiment eu du mal.

Croyez bien que je trouve ça bien dommage parce que Jeanne A. Débats a créé un univers vachement intéressant, tout se passant à Paris, et avoir des scènes de bagarre ou d’action dans des quartiers bien connus de la capitale, c’est tellement sympa. L’univers a également des pistes d’intrigue qui pourraient être passionnantes, tant au niveau des pouvoirs d’Agnès, dont on ne sait toujours pas grand chose, que de l’AlterMonde et des êtres qui le peuplent. Alors même si on sent que l’auteure prend son pied par moments à tacler gentiment des oeuvres littéraires connues, à nous donner son avis à travers son héroïne sur les religions monothéistes, sur la mode masculine, sur le sexe et sur le féminisme, donnant des moments parfois drôles, ça ne m’a pas suffi pour que j’adhère complètement. La Urban Fantasy, ce que j’appelle moi dans ce cas précis de la Bit-Lit, ne doit pas être finalement ma came.

L’instant Making Of : Alors que je fais du catsitting ce week-end (mes connaissances ont bien compris mon amour pour les bêtes et en profitent dès qu’ils le peuvent pour me refiler le bébé), j’ai découvert les joies d’avoir un chat. Surtout de la difficulté d’écrire un article avec le poids mort du félin endormi sur l’un des bras. Pas facile pour taper au clavier.

FullSizeRender 3

14 réflexions sur “Alouettes – Jeanne A. Débats

  1. Je vois que ton blog ne te laisse vraiment pas tranquille. :p
    Cela dit, c’est dommage pour le livre. En tout cas pour avoir testé de l’urban fantasy récemment aussi, il est vrai que c’est un peu spécial et peut-être que nous ne sommes pas fait pour l’apprécier. (Ça me fait penser à l’une des questions du liebster award que tu m’avais posé et je n’avais pas trop su quoi y répondre. Finalement, il y a peut-être un genre qui ne m’attire plus, même si je ne prétends pas lire de tout. ^^ )

    J'aime

  2. Quand je disais que le chat était le compagnon idéal du geek… enfin… jusqu’à un certain point. Ça peut aussi être le handicap favori du geek hein.
    Je salue ton honnêteté. Mieux vaudra donc s’en tenir au tome 1. Ce sont des choses qui arrivent mais je te sens désappointée.

    Aimé par 1 personne

    1. Surtout quand le chat est un véritable pot de colle sur pattes ! ^^
      Je suis rarement déçue par les suites en littérature, on part du principe que si on a aimé le premier tome et son univers, il ne devrait pas avoir de soucis pour le second. Mais là je dois bien avouer que je n’ai pas aimé la tournure et le parti pris que prend la saga, je ne m’attendais pas à ça.

      Aimé par 1 personne

      1. Quand tu viendras, on verra si tu te débrouilles mieux avec ma boule de poils. En attendant, heureusement pour nous, niveau suite Les Fiancés de l’Hiver tome 2 maintient le niveau. 😊😊

        Aimé par 1 personne

      2. Je suis parée à tout (j’ai nettoyé ce matin à ma plus grande joie avant le premier café les restes de son dîner régurgité partout dans la maison) alors tu pourras m’envoyer dans les pattes l’animal, je suis prête à lui faire des câlins !
        Les Fiancées, c’est les yeux fermés ! haha

        Aimé par 1 personne

  3. Ben écoute ça arrive de ne pas avoir aimé un service presse. Dans la mesure où ta critique est constructive et argumentée ça passe d’autant plus que tu donnes envie de lire le 1er tome!! Donc tu vois, y’a pas mort d’auteur! :)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s