Batman Renaissance #1 #2 #3 – Snyder & Capullo

J’ai beaucoup d’addictions. Le vin rouge, Sherlock, Star Wars, le chocolat, le vin rouge, Sherlock… Mais vous ai-je parlé de Batman ? Hein, il ne me semble pas moi non plus. Batman fait un peu partie des héros de mon enfance depuis la série animée de 1992, l’une des meilleures séries animées de super-héros de tous les temps. C’est celle qui a vu naître le personnage d’Harley Quinn mais aussi celle qui a donné une seconde carrière à Mark Hamill dans le doublage (Luke Skywalker qui fait la voix du Joker, c’est pas une jolie boule de croquette ça ?). D’une qualité rare, avec des épisodes tantôt sombres, tantôt drôles, la série de 1992 qui a fait les joies de mes samedis et dimanches matins, bol de chocopops sur les genoux, est le fin du fin pour tous fans qui se respectent et qui hurlent des HOURRA dès que le nom de Paul Dini est prononcé.

Enfin bref, si j’ai vu des centaines de fois tous les films/séries et joué aux jeux-vidéos de l’homme chauve-souris depuis lors, je n’ai jamais eu l’occasion d’attaquer les comics, la base quand même. Heureusement qu’Urban Comics est là pour m’aider, car en reprenant toutes les licences de DC Comics, le staff a décidé au début des années 2010, avec la folie que Marvel engendre avec ses films et ses produits dérivés, de reprendre tous les super-héros (connus) du catalogue et de mettre en chantier de nouvelles aventures, en partant parfois de zéro. Ce n’est pas le cas pour ce Batman, je vous rassure. Nan parce que se taper la énième histoire Parents tués (slash) Rose ou perles qui tombent (slash) Initiation tibétaine, ça va on a déjà donné. Même si c’est super chouette cet arrivage de nouvelles histoires, faut dire que je suis un peu paumée. Rien que pour Batman, qui doit être le bac à sable par excellence des auteurs-dessinateurs chez Urban Comics, on compte environ une trentaine de séries différentes. Le choix est vaste, hein !

Après cette longue introduction, me voilà donc avec Batman Renaissance, la série en 7 volumes de Scott Snyder au scénario et Greg Capullo au dessin, que j’ai vu sur pas mal de blogs, dont chez les copinautes Prettyrosemary et Malecturothèque.

IMG_1490Les volumes 1 et 2, « La cour des hiboux » et « La nuit des hiboux » suivent la même histoire, celle d’une société secrète qui régnerait sur Gotham dans l’ombre depuis des siècles et qui aurait pour objectif de tuer Batman. La routine, vous me direz. Notre cher Batsou doit donc faire face à un mystérieux assassin quasi invincible, l’Ergot, qui sème le chaos au sein de Gotham sans que ses intentions soient clairement définies. Est-ce que la cour des hiboux existe vraiment ou est-ce une pure légende, un conte destiné à effrayer les enfants ?

IMG_1485
Sympa, hein ?

Niveau frayeur, ce scénario de fifou va nous en donner pour notre argent. Non pas que les pages vous sautent à la gorge, mais la folie psychologique instillée par les auteurs et qui gagne même Batman est juste… folle. L’enquête révèle des secrets bien enfouis qui vont jusqu’à toucher la famille Wayne et son majordome Alfred Pennyworth, mettant en place une mythologie vachement intéressante. Même si je suis parfois à un peu à la ramasse niveau personnage et histoire backstage (je confonds par exemple les anciens et nouveaux Robin, perso je me suis arrêtée à Dick Grayson *kpoff* Chris O’Donnell *kpoff*) ce n’est absolument pas dérangeant. Et puis, le rythme est super bien mené sur un train d’enfer qu’on en oublierait presque qu’on est devant une BD et non pas devant un film. Quant aux dessins de Greg Capullo, ils sont extra et mon oeil de néophyte s’est très bien accommodée à sa patte visuelle. J’aime moins par contre quand c’est les autres copains dessinateurs qui remplacent Capullo, le changement assez radical dans les couleurs, les traits et les personnages m’a un peu gênée par moments.

IMG_1493Et puis, voilà qu’un ancien ennemi, le plus fou, le plus terrifiant et inhumain, revient in town après une absence d’un an. « Le deuil de la famille », volume n°3 de la série avec la participation de James Tynion IV au scénario, est la raison pour laquelle j’ai commencé Batman Renaissance. Je suis une fan absolue de ce monomaniaque de Joker, et je ne pense pas être la seule. Alors, dès que j’ai vu cette couv’, j’en suis tombée amoureuse. Elle promet tellement, rien qu’avec ce visage de dinguo que je me suis jetée dessus comme la misère sur le monde. J’en suis ressortie juste bluffée. D’une violence inouïe et finalement très esthétique, Snyder et Capullo nous ont mijoté un retour fracassant. Il faut voir la scène « d’ouverture » qui ménage son petit effet jusqu’à la fin. Une véritable tuerie. Littéralement.

Mise à part à ça, ce que j’ai adoré c’est la façon dont on nous parle de la relation malsaine qu’entretient Batman et le Joker, ils se connaissent et se comprennent plus que n’importe qui. Mais surtout, quand la question de l’identité du Joker revient sur le tapis, les auteurs ont une réaction intelligente. « On s’en fout », semblent-ils nous dire. Savoir qui il est, son identité, sa famille, sa vie d’avant, gâcherait tout le plaisir. Et je suis entièrement d’accord avec ça. J’en ai un peu marre de voir dans les différentes productions d’aujourd’hui cette manie de devoir expliquer qui était le méchant avant, ce que j’appelle le « Dark Vador’s Effect ». Comme s’il fallait trouver une justification à ses actes. J’en veux par exemple à Disney d’avoir bousillé l’une de mes méchantes préférées, Maléfique, en lui donnant une storyline débile « Nan mais en fait avant elle était gentille, mais c’est les méchants hommes qui lui ont piqué ses ailes qui… ». Maléfique, c’est une méchante. Point barre.

giphy (15)

C’est pareil pour le personnage du Joker dans la série Gotham que j’ai définitivement arrêté après ça, à qui on colle un background d’une grande banalité, en plus. Non, non, non et renon ! Un personnage comme le Joker ne doit pas avoir de passé, c’est tout l’intérêt du personnage. Ce gros point d’interrogation entourant sa personne nous amène à nous interroger sur son humanité. Le fait qu’il sort d’on ne sait où, surgi de l’ombre, fait en grande partie l’intérêt d’un personnage impossible à cerner, impalpable, presque surnaturel. D’où la terreur qu’il inspire, même à Batman. Snyder et Tynion l’ont bien compris et le mettent admirablement en scène dans ce 3e opus. Les gars, je vous aime d’amour.  

Voilà donc une bien belle immersion dans la BD/Comics (j’avoue je ne sais toujours pas faire la différence), que je vais continuer avec plaisir. Comme vous pouvez le constater, j’ai mis à profit ce beau week-end de Pâques comme il se devait. Je me suis régalée de bout en bout, avec mon gros oeuf en chocolat à côté de moi.

Et vous alors, il a ressemblé à quoi votre week-end de 3 jours ?

16 réflexions sur “Batman Renaissance #1 #2 #3 – Snyder & Capullo

  1. Très bien, tu es tombé dans l’un des tous meilleurs comics de ces dernières années. Je suis bien plus Marvel que DC surtout que le new 52 (le pseudo-reboot des franchises DC en 2011 dont fait partie le Batman de Scott Snyder) n’était vraiment pas terrible dans son ensemble. Mais franchement, je suis tombé amoureux de l’écriture de Scott Snyder. On a beau être dans un comics, ça se dévore comme un roman, avec en plus des dessins magnifiques. J’ai rarement vu plus belle narration dans un comics. Je ne sais pas à quel point ça a pu être retranscrit en VF mais en tout cas, la VO était d’une telle qualité, j’en suis devenu accro.

    Aimé par 1 personne

    1. Ah coup de bol alors ! Je pensais à toi justement en me disant qu’il faudrait que je te demande ce qui à prendre dans les Batman new generation. Pas facile de choisir !
      Ce qui m’embête c’est que je ne suis pas du tout une spécialiste de la lecture BD/Comics, alors si tu me dis que j’ai tapé dans le haut du panier, je risque de ne pas trouver mieux, non ? Qu’en dis-tu Doc ?

      Aimé par 1 personne

      1. Clairement, sur tout ce qu’a sorti DC depuis le New52, la série Batman de Scott Snyder est clairement ce qui se fait de mieux et de très loin. Tout le reste n’est pas à jeter (bien heureusement) mais il y a des pièges.
        Si tu veux rester sur la Bat-family, tu peux regarder la série Nightwing qui suit les exploits de Dick Grayson, le personnage est loin d’être un débutant (il a quand même assumé le manteau de Batman à un moment) et la série est pas mal.
        Batwoman est un peu à part (c’est comme la cousine très éloignée de Batman) et la série est loin d’être fantastique. Le personnage est plutôt intéressant mais vu que c’est une série très mineure, elle n’a pas le même soin que d’autres.
        Pour Catwoman, là je ne peux pas vraiment dire, je n’ai jamais été fan du personnage (tu peux me jeter des tomates pourries :p ) donc je ne me suis pas vraiment intéressé à la série.
        Batman & Robin : il faut aimer le personnage de Damian. Ce n’était pas mon cas donc la série se laisse suivre mais il y a des passages gonflants à cause du personnage.
        J’ai gardé le plus compliqué pour la fin : Batgirl. J’ai toujours beaucoup aimé Barbara Gordon (ce qui m’a rendu jaloux de Dick Grayson :p ) et du coup j’étais super enthousiaste sur cette série. Surtout que c’était Gail Simone qui s’en occupe, c’est une autrice très engagée. D’ailleurs l’un des personnages récurrents dans la série est transgenre, on l’apprend assez tardivement c’est juste une petite vignette qui le mentionne because it’s really not a big deal. Voilà, ça place déjà Gail Simone (en plus d’être une super autrice). La série était donc vraiment bien, au moins au départ. Le problème c’est que DC a décidé de changer le personnage et mettre une autre team créatrice aux commandes de la série. Donc Batgirl a changé pour ressembler à une adolescente (limite je lui donnais 14 ans la première fois que j’ai vu son « revamp »). Et là j’ai perdu mon intérêt pour la série et le personnage. Alors je comprends le principe, ils voulaient récupérer une partie du lectorat d’adolescentes qui s’intéressent aux comics (ils ont mis du temps à découvrir cette partie du lectorat) et essayer de concurrencer la nouvelle Ms Marvel. Donc j’imagine que pour le public visé, la série est pas mal, mais pour moi ce n’était plus ça donc j’ai laissé tomber. Cela dit, sur les trente premiers numéros (en gros ça doit faire 5 ou 6 tomes), la série est vraiment bien donc je la recommande.
        Un autre point à noter c’est que le troisième tome de Batman que tu as lu (Death of the Family) est un crossover et donc regroupe toutes les séries que j’ai citées plus haut. (En lisant juste Batman, je ne sais pas à quel point on sent qu’il manque des éléments.)
        Une autre série à citer également est arrivée bien plus tard (2014 ou 2015 je ne sais plus exactement), elle est aussi faite par Scott Snyder entre autre, c’est Batman Eternal. Ça se passe dans le futur, c’est toujours le même Batman mais tout le reste a changé. Je n’ai lu que les premiers numéros (ouais je suis super en retard sur certains comics :p ) mais c’est vraiment bien, je la conseille.

        Voilà, désolé pour le pavé, j’ai fait le tour des séries que je connais sur la Bat-family du New52. Et bien entendu, si t’as d’autres questions/remarques, faut pas hésiter. :)

        Aimé par 1 personne

      2. Merci !! Encore une fois, tu es mon phare dans le brouillard ! XD
        Je prends note pour Batman Eternal et le Batgirl nouvelle génération ne me plaisant pas (le côté teenage girl m’agace à la base) je passerai à côté sans un regard en arrière.
        Pour te répondre sur le fait que des éléments nous échappent dans le crossover, franchement ça ne m’a pas dérangée. J’en connais assez sur les personnages pour ne pas être entièrement larguée et ça m’a suffit. J’ai pas eu l’impression de manquer de gros gros trucs.

        Aimé par 1 personne

      3. Avant le revamp de Batgirl, la série était vraiment très bien. D’ailleurs sur Death of the Family, il y a eu des passages super intenses. Donc voilà, je recommande quand même la lecture mais uniquement sur les premiers tomes du New52.
        Pour revenir sur Batman, j’espère bien que tu vas continuer cette série parce qu’il va y avoir de très, très gros passages avec une pseudo fin pour le numéro 40, probablement l’un des passages les plus marquants sur les comics actuels. La série ne s’est pas arrêtée sur ce numéro 40 (même si comme toutes les autres séries du New52 elles ont été mises en pause pour un gros crossover, Convergence, mais celui-ci est totalement dispensable) et après ça il y a quelques surprises mais je ne dis rien. Je ne sais pas où en sont les parutions françaises mais en tout cas, j’ai hâte d’avoir ton avis sur ce fameux passage. :D

        Aimé par 1 personne

  2. Mon weekend était chouette ! Mais c’est encore plus chouette de retrouver tes articles. Le vin rouge, Star Wars, le chocolat, Sherlock, Batman et puis Batman, le chocolat, le vin rouge, Star Wars, Sherlock c’est ça ? Dans le chocolat tu comptes les Oreos ? Du coup, si à la Convention tu te croises Benedict et que je te colle du chocolat dans la bouche pour éviter que tu baves c’est l’overdose ? XD XD

    Aimé par 1 personne

  3. A ma grande honte, j’y connais pas grand chose en comics, je note donc ces trois là pour quand une envie de Batman me prendra (l’envie de lire, pas l’envie de Batman)(quoique…)(Rhaaa ça va, si on peut plus rigoler !!)

    Pardon, je sais pas ce que j’ai aujourd’hui.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s