Fondation et Empire, T2 – Isaac Asimov

Rappelez-vous, il y a deux semaines j’avais attaqué le Cycle de Fondation avec le premier tome Fondation que j’avais beaucoup aimé et qui avait frôlé le titre du Coup de Coeur à cause deux ou trois détails. Pour ce second tome, Asimov va plus loin, va plus fort et rectifie même ces petits défauts qui m’avaient gênée. Voici l’Ultimate Coup de Coeur du mois (de janvier) !

IMG_1326

La Fondation doit affronter une nouvelle crise. On l’avait laissée dans le premier tome ne faisant que commencer sa fulgurante ascension, prévue de longue date grâce à la psychohistoire (une science capable de prévoir l’avenir) par le grand Manitou Hal Seldon. Un siècle plus tard, on la retrouve encore plus forte que jamais et c’est son plus gros problème. À force de prendre de l’ampleur, la Fondation qui jusque là avait réussi à rester discrète devient fort intéressante pour l’Empire aux bords du néant. La confrontation approche et l’Empire qui a enfin compris la menace que représente la Fondation va tenter de reprendre ce qu’il lui appartient, tel un dernier sursaut avant la mort.

J’ai ADORÉ cette nouvelle phase moins fragmentée et plus romanesque qui innove tant du point de vue narratif que des personnages. Si j’ai été un peu dérangée par le schéma un peu répétitif du premier tome qui ne laissait pas beaucoup de place aux surprises, ici dans ce second tome la donne a changé. Le roman dévoile une histoire conséquente avec de nouveaux enjeux inattendus et l’arrivée d’un personnage mystérieux et menaçant, le Mulet. J’ai particulièrement apprécié le fait qu’on remettait en question le système infaillible de Sheldon qui a mis trop en confiance les dirigeants en leur promettant que tout allait bien se passer. En effet, si la Fondation a connu beaucoup de crises par le passé qu’elle a résorbé avec succès, il n’en va pas de même pour celle qui approche. La Fondation a développé les travers de l’Empire qui l’ont fait chuter. Désormais elle est tout aussi corrompue et neurasthénique que ses dirigeants qui deviennent de plus en plus médiocres et incapables au fil du temps. Privée d’un leader fort et astucieux, la Fondation court tout droit à sa perte et ce malgré les prévisions de Seldon.

asimov_w_600
Illustration d’Alain Brion pour la version poche Folio SF.

D’autre part, les personnages ont cette fois-ci une place plus importante ce qui permet de nous attacher à eux. On suit principalement un jeune couple marié et dont la femme Bayta (oh surprise) a un rôle capital dans l’histoire et dans sa résolution. Pardonnez-moi si je m’étonne de la présence d’un personnage féminin, mais comme je l’avais fait remarquer dans mon billet du 1er tome, les femmes n’avaient aucune place dans l’histoire jusqu’à ce que le personnage de Bayta, femme de caractère, survienne. Ça n’empêche pas Asimov, de temps en temps, de glisser une petite pique envers les femmes, mais je ne m’en formalise plus, le personnage de Bayta est tellement bien écrit que je lui pardonne comme à un vieux grand-père sénile. Je vous laisse quand même découvrir la petite phrase qui m’a fait lever un sourcil façon « Papy arrête de dire des conneries » : Avant tout, éviter la contagion. Avec la tension qui régnait depuis quelque temps, une fille en pleurs suffisait à plonger dans l’hystérie tout un service. Cliché de la femme hystérique qui ne sait pas garder son sang froid et qui pleure sans arrêt CHECK.

Après cette lecture, je peux désormais clairement affirmer que le premier tome n’était qu’un prologue, la partie immergée de l’iceberg, l’arbre qui cachait la forêt. On se rend compte qu’Asimov n’a fait que présenter son univers et ses enjeux et qu’il cachait jusqu’à présent tout un arsenal dans ses manches. Coquin. Je n’étais donc pas du tout au bout de mes surprises et des surprises, le tome 2 m’en a réservé pas mal. 

Fondation et Empire est un roman coup de coeur pur et dur qui tient en haleine tout le long. La fin se termine en apothéose sur une sacrée révélation et entraîne beaucoup de questions quant à l’avenir des citoyens de la Fondation et de la Galaxie. La tournure que prend les événements me plaît beaucoup et je peux vous dire que je suis très pressée de finir ma lecture du moment pour pourvoir me replonger dans le Cycle avec le troisième tome, Seconde Fondation. 

11 réflexions sur “Fondation et Empire, T2 – Isaac Asimov

  1. J’avais mis le cycle de Fondation dans ma PàL depuis pas mal de temps (j’avoue, j’ai du retard dans les grands classiques de la SF ^^ ). Mais après avoir lu tes avis sur les deux premiers tomes, j’ai encore plus envie de les lire (je pense qu’ils vont gagner quelques places dans la PàL, la lutte est serrée).
    Merci donc pour cet avis très intéressant et qui donne très envie. :)

    Aimé par 1 personne

  2. Voilà qui est encourageant, c’est sans doute ce qui m’avait bloqué dans le tome 1, le manque d’action, la fragmentation et l’absence de personnages « durables » ! Je vais m’y remettre, c’est sur (non non j’essaye pas de me convaincre moi-même, j’ai vraiment envie mais un peu peur du coup ^^)

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s