Kiki de Montparnasse – Catel & Bocquet

Le duo Catel & Bocquet est de retour pour nous livrer cette fois-ci un roman graphique et biographique sur une personnalité des années folles : Kiki de Montparnasse. Tour à tour apprentie, bonne, muse, prostituée, artiste et danseuse de cabaret, la grande Kiki avec son profil coupé au couteau charme et émeut.

IMG_1283

Ayant déjà lu en novembre Olympe de Gouges, autre femme atypique de son temps, je voulais vraiment me plonger dans le Kiki de Montparnasse que j’avais offert en plus à une amie sans l’avoir lu. Je désespérais de me l’offrir, quand en fouillant dans la bibliothèque maternelle, j’ai eu l’immense surprise de trouver l’ouvrage tant convoité, bien caché derrière d’autres livres. Comme quoi, je devrais aller plus souvent jeter un oeil dans cette bibliothèque. Ça permettrait de faire des économies avantageuses, et ça Mimine trouve que c’est pas négligeable.

Née Alice Prin en 1901, en pleine Bourgogne, Kiki de Montparnasse se fait connaître à Paris en posant nue pour des sculpteurs et surtout pour le photographe américain, Man Ray avec qui elle aura une longue relation amoureuse, au début des années 20. Personnalité sulfureuse et iconique, elle fréquente le milieu artistique de cette première moitié de siècle et fait la connaissance du mouvement Dada, de Jean Cocteau, de Kisling, de Fujita Tsuguharu et de Modigliani, entre autres. Autant dire que les mecs à cette époque, ils rigolaient pas niveau génie artistique. Y’avait du level.

Je vais être sincère mes chatons, j’ai hautement préféré ce roman graphique à Olympe de Gouges, pour avoir dès le départ, avant de l’avoir lu, su me faire saliver pour 3 raisons :

  1. Ça se passe dans les années folles, glorieuses et artistiquement « follasses »;
  2. Y’a plein de références d’artistes que perso j’aime énormément, mais surtout…
  3. On parle, à travers de son histoire personnelle avec Kiki, du photographe Man Ray dont j’adore le travail précurseur.

Catel et Bocquet nous embarque cette fois-ci dans la vie virevoltante de Kiki, femme au grand coeur et grande gueule, passionnée et consumée par les excès de la vie parisienne avec son lot de drogue, de sexe et d’alcool. Sa personnalité m’a beaucoup plu, m’a émue aussi parfois et m’a fait rire. C’est le genre de jeune femme qu’on aimerait avoir comme bonne copine, toujours partante même si épuisante, pour aller faire la fête. J’ai retrouvé avec plaisir et en initiée la patte du duo d’illustrateur/scénariste, le trait en courbe et l’humour qui se mêle au drame d’une vie. 

Si je devais vous donner un conseil, ça serait celui-ci : faites vous plaisir et entrez dans la danse de Kiki et de ses amis, sans une once d’hésitation.

1575534-kiki-de-montparnasse-dans-le-violon-d-ingres
« Le Violon d’Ingres », Man Ray, 1924.

10 réflexions sur “Kiki de Montparnasse – Catel & Bocquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s