Pardonne moi, Leonard Peacock – Matthew Quick

Autre petite pépite de ce mois de juillet découverte grâce à keupine Prettyrosemary (ouais au bout d’un moment il faut bien te donner ta petite commission tant tu me fais découvrir des petites merveilles) que je me suis empressée de dévorer sous cette chaleur, en me demandant à chaque instant si je n’allais pas louer les services d’un domestique pour m’éventer avec une feuille de bananier.

FullSizeRender

Smells Like Teen Spirit

Leonard Peacock, adolescent de 18 ans, a réservé quelque chose de très spécial pour son anniversaire. Cette année, il ne recevra rien. Cette fois-ci, c’est lui qui offrira. Outre les petits cadeaux destinés à ses amis, un vieil homme souffreteux fan de Bogart et son prof préféré, il réserve le plus beau des cadeaux à son ex-meilleur ami : une balle dans la tête. Puis en finissant cette belle journée d’anniversaire par s’en coller une.

giphy

Avant de passer à l’acte, Leonard nous présente son monde en commençant par sa déglinguée de famille : avec une mère accaparée par sa vie de working-girl/styliste vivant à New-York loin de son fils et un père ancienne rock star/alcoolique/joueur invétéré/disparu sans laisser de traces, on sent le petit Leonard déjà mal parti dans la vie. Sans parler de son côté très marginal, le loustic développe et entretient une intelligence et une lucidité bien supérieures à la moyenne qui l’écartent direct de la « bête normalité », statut vital au lycée si on ne veut pas terminer seul sur un banc à grignoter son goûter.

Là vous vous dites « Okay, un ado mal dans sa peau comme un autre, why not, mais alors pourquoi vouloir tuer son ex pote ? » Pour ça, il a une raison bien à lui qu’il nous réserve pour la fin. Tout ce que je peux dire c’est que c’est bien dégueulasse. Et j’avais une petite appréhension, un poquito (vous avez remarqué, aujourd’hui on fait des langues étrangères. Lesson One…) que ce passage justement soit mal amené, mais je dois dire que Matthew Quick s’en sort très bien, dévoilant tout en finesse THE moment.

On n’oublie pas non plus la petite originalité, un vrai plus pour ma part : les notes de bas de pages. Riez pas, j’explique. Ces notes ne sont pas du traducteur ni de l’auteur, mais de notre cher narrateur Leonard. Ces notes peuvent être courtes comme elles peuvent prendre la même place qu’une page. Elles apparaissent comme des apartés entre Leonard et nous, afin de lui permettre de nous expliquer quelques détails de sa vie. Et ça c’est le petit coup de génie qui classe de suite le bouquin au rang de « roman intelligent ».

Come As You Are

Pardonne moi, Leonard Peacock est un peut-être l’un des meilleurs romans sur le mal être adolescent que j’ai lu depuis ces 10 dernières années. Ce Young Adult est terriblement intelligent, émouvant et sensible en étant à la fois cynique et sacrément percutant. Il m’a fait repenser avec une certaine nostalgie amère à mes propres années collège-lycée, à mes converses, à mon Eastpak, à mon discman, à Avril Lavigne, Black Eyed Peas, Nickelback, Evanescence et à la bande de filles/mecs hyper cool qui me faisaient la misère. Ouais, c’était des années pourries où mes goûts musicaux étaient à la limite de la légalité. Mais, je rejoins Matthew Quick qui délivre un bien beau message d’espoir « Relax man, it will be okay » à tous les adolescents qui ne voient pas les années de lycée se terminer. À mettre dans toutes les mimines. C’est mon verdict. Adjugé !

Bien sûr je n’ai pas pu m’empêcher de réécouter/chanter/mouvement tête-épaule Avril Lavigne « Anything but Ordinary » en finissant ce billet. 

5 réflexions sur “Pardonne moi, Leonard Peacock – Matthew Quick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s