10 livres à ne pas lire l’été

En ce début d’été, les listes de livre à lire et autre PAL estivale pullulent sur la toile. Mais est-ce que quelqu’un a pensé à faire une liste de livre à ne PAS lire pendant cette période de farniente, de soleil et de plage ? Hein ? Bah non. Heureusement que je suis là.

Dans le top of the top des livres qui te gâchent bien ton été et qui te font bien culpabiliser de faire partie de l’espèce humaine : les livres sur la Shoah. On raye tout de suite des listes les oeuvres de Imre Kertész, Aaron Appelfed, Daniel Mendelsohn, Elie Wiesel, Primo Levi et Jorge Semprun. J’ai passé un été avec la plupart de ces auteurs pour mon sujet de mémoire de M1 et croyez-moi que je ne me tapais pas la timbale tous les soirs.

La route, Cormac McCarthy. Je l’aime ce livre. Vraiment. Mais si tu veux passer des vacances avec tes proches sans te demander à table qui sera le premier à mourir si l’apocalypse arrivait, ni comment ton très jeune et choupinet cousin/neveu/enfant se retrouvera seul dans un monde de cannibales, c’est que ce n’est peut-être pas le moment de t’atteler à ce chouette roman.

3° Seul le silence, R.J. Ellory. Grand Prix du plus grand traumatisme décerné par le petit-monstre, été 2012. Je ne me considère généralement pas comme une flipette, mais là je n’ai tout simplement pas pu. Non mais sérieux R.J., ton héros Joseph s’en prend de tous les côtés et ça n’en finit jamais. Un chien qui agonise, lui au moins, on l’euthanasie.

Les Essais, Michel de Montaigne. À part mon ancien prof de fac, spécialiste et groupie « à la vie, à la mort » de Montaigne, je ne connais pas une seule personne au monde qui emmènerait Les Essais, en « version originale » qui plus est, dans sa valise cet été. Extrait :

« Quand nostre Roy Charles huictieme, sans tirer l’espée du fourreau, se veid maistre du Royaume de Naples et d’une bonne partie de la Toscane, les seigneurs de sa suite attribuerent cette inesperée facilité de conqueste à ce que les princes et la noblesse d’Italie s’amusoient plus à se rendre ingenieux et sçavants que vigoureux et guerriers. » Essais, I, 25 (C).

Non. Définitivement, non.

TOUTES les sagas à la 50 nuances de Grey. Perso, je ne me vois pas lire un livre comme ça sur la plage à côté de Roger l’exhibitionniste. Déjà qu’il a du mal à se contenir devant toutes ces pépettes en bikini, si en plus tu te mets à lire un roman érotique sous son nez, c’est carrément un carton d’invitation pour notre bon vieux Roger.

6° Esprit d’hiver, Laura Kasischke. Bon déjà celui-là, il part mal : avoir le mot « hiver » dans son titre l’inclut in media res dans cette liste. Voyons les chatons, on vient juste de sortir du Grand Froid de l’hiver (la semaine dernière encore, à Marseille, il faisait 25°c), ce n’est pas pour lire un roman qui se passe à Noël. En plus en matière de « glauquissime » je n’ai rien lu de mieux.

7° Plus fort que la haine, Tim Guénard. Une autobiographie très forte, très poignante, une belle leçon de vie, toussa toussa. Je sais pas vous, mais sincèrement quand je suis en mode « farniente dans le pré de pépé », les livres qui te font pleurer à chaudes larmes et qui encore une fois te font douter et culpabiliser pour ton appartenance à l’humanité, très peu pour moi. L’été, je préfère me sentir comme Julie Andrews dans « La Mélodie du bonheur » : papillons, chansons et marguerites dans les cheveux.

8° La caverne des idées, José Carlos Somoza. Le livre qui te retourne la tête à cent à l’heure, c’est lui. Le livre où dès que tu l’as fini tu te rends compte qu’on t’a pris pour un gros pigeon (Jojo la Bernique le retour) et que Nolan n’a rien inventé avec « Inception », c’est lui. Le livre qui t’oblige à écrire sur un bout de papier les différents niveaux de narration pour ne rien perdre (et même avec ça t’y comprends que dalle), c’est encore lui. Dis, t’as déjà essayé d’écrire sur une feuille avec un crayon à papier sur ta serviette de plage, trempée et ensablée ?

9° Le père Goriot, Honoré de Balzac. Je n’ai rien contre les classiques, même si ce n’est pas ma tasse de thé pour la période estivale. Mais il faut quand même avouer que celui-là précisément ne fait pas dans la dentelle. Un vieil homme dépouillé sans vergogne par ses filles chéries, un témoin le jeune Rastignac qui va perdre toutes ses illusions et va devenir, dans le roman qui suit, le pire des enc… des chenapans, non non non. Papi Goriot me fait l’effet d’un chiot abandonné sur le bord de la route un jour de canicule.

10° Dédicace spéciale « sisi la famille » à Grand-mère. Les livres sur la naissance de l’écriture et de la culture mésopotamienne, c’est non. Elle est où la petite liste de roman que je t’ai faite l’hiver dernier, hein ?

 Vous l’aurez compris, moi l’été je veux que ça vibre la joie de vivre sans prise de tête ! Et vous ? Quels sont les livres que vous ne voulez pas lire ou que vous regrettez d’avoir lus pendant l’été ?

Dans la même veine : 10 livres qui ont gâché ma vie et 10 livres à lire avant de mourir

27 réflexions sur “10 livres à ne pas lire l’été

  1. Pour diverses raisons je ne pars en général peu en vacances l’été (ou chez les parents où je vais aussi en hiver ou au printemps), du coup mes lectures varient assez peu. Tout au plus je sors un truc un peu plus léger à l’occasion ou un pavé. Mais ça ne me gênerait pas de lire un truc super triste ou violent par ex (p’tit côté maso ça). Du moment que j’alterne bien avec des trucs plus frais.
    En revanche, j’adore ta justification pour 50 shades, j’approuve, je voudrais pas me faire remarquer par Roger xD

    Aimé par 1 personne

    1. Je suppose que ça dépend de la façon dont on conçoit l’été et les vacances effectivement. Je suis capable de tout lire dans l’année, mais je ne sais pas pourquoi, pour l’été il me faut des lectures particulières. C’est comme le délire que je peux avoir avec les polars l’hiver.

      J'aime

  2. Pareil, je pars en vacances hors saison. Par contre, meme en ville, lire 50 shades en jupe et en pti debardeur, ca risque de vous foutre un Roger en rut dans le bus ;)

    J'aime

  3. Lors d’un voyage à Malte, j’avais emporté « Purge » de Sofi Oksanen : une sombre histoire où se mêlent prostitution et crimes de guerre. Pas vraiment le genre de choses agréables à lire sur la plage ou au bord de la piscine. Pourtant, c’est un très beau livre.

    J'aime

  4. Moi aussi je retiens La caverne des idées. Mine de rien, tu nous donnes des idées de lecture par la négation. J’ai déjà un Somoza dans ma PAL pour les vacances alors celui-ci sera pour plus tard.
    J’aime beaucoup le ton et le style de ton article.

    J'aime

    1. Décidément ! Vous avez raison, toi et Latêtedansleslivres, « La caverne des idées » est très chouette. C’est lequel dans ta PAL de Somoza ? Je l’aime pas toujours cet auteur. J’ai du abandonné certains de ses romans, alors que d’autres comme La caverne ou « La théorie des cordes » je les ai dévorés.

      J'aime

      1. J’ai le dernier dans ma PAL, Tetrameron.
        J’ai dû lire ceux que tu as moins aimé : La clé de l’abîme et L’appât.
        Je n’ai pas lu non plus La théorie des cordes. Je note

        J'aime

  5. Excellent article bourré d’humour! Je ne conseillerais pas Zulu pour la plage, c’est un excellent polar mais on ne voit plus la plage de la même façon après !
    Par contre un roman frais et rigolo pour les vacances : Bernadette a disparu de Maria Semple (10/18), elle est décalée à souhait ! :-)

    J'aime

  6. et c’est plutôt 35° cette semaine !
    et je lis des trucs thrillers très noirs l’été sur la plage.
    ça me fait penser que « seul le silence » m’attend et s’apprête à sauter dans ma valise.
    (et je m’aperçois que les dames à côté, c’est plutôt Musso ou Lévy…)

    J'aime

  7. La vache, ça me refroidit pas mal pour La caverne des idées, qui m’attend depuis une plombe dans ma bibliothèque. Faudra que je m’y mette en mode blindée donc ! Sinon j’adore ton concept d’anti PAL que je rejoins assez ! x)

    J'aime

    1. Je n’ai plus un grand souvenir de la caverne, juste que même si j’avais bien aimé, j’en étais ressortie un peu frustrée de n’y avoir rien compris. L’endroit de la lecture ne m’avait pas aidé, non plus. Je me suis donnée envie de le relire, tiens, pour voir. J’espère que je ne t’ai pas trop refroidie quand même… Et merci pour ton commentaire ;)

      J'aime

  8. Seul le silence, Esprit d’hiver, Sur la route je suis d’accord pas à lire l’été même si ce sont de très bons romans quoi que… l’été quand il fait trop chaud c’est chiant aussi et un peu étouffant, idéal pour des thriller qui prennent aux tripes (je ne m’en remets pas de la fin de Seul le silence TT)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s