Les Salauds Gentilshommes, T.1 – Scott Lynch

salauds_coupdeCoeur

L’histoire

Locke Lamora est un jeune orphelin des bas fonds de Camorr lorsque le prêtre aveugle du culte de Perelandro, Chains – qui n’est ni vraiment aveugle ni vraiment prêtre – l’achète pour en faire son apprenti et rejoindre une petite bande de voleur appelé les « Salauds Gentilshommes ». Langues étrangères, mathématiques, camouflages, lettres, cuisine… rien n’échappe à l’éducation de ces Salauds qui doivent être capables de se fondre dans toutes les catégories sociales, et de se faire passer tout aussi bien pour le plus noble des ducs que pour le plus pauvre des paysans. Doué d’un talent rare pour la rapine et pour les stratagèmes les plus élaborés, Locke ne tarde pas à devenir un maître dans l’art du déguisement et de l’arnaque avec à ses côtés ses quatre compères : les truculents jumeaux Calo et Galdo, Jean et le plus jeune, Moucheron. Mais voilà qu’un mystérieux personnage, aux plans bien sombres tend à renverser l’ordre, établi par le chef suprême des voleurs – le capa Barsavi – et à attaquer les chefs de bande, les uns après les autres. Les Salauds Gentilshommes vont se retrouver, bien malgré eux, au coeur d’une guerre obscure dont la récompense sera de rester en vie.

Un avis ?

Le récit est divisé en deux narrations alternées : le présent, où nous suivons l’escroquerie montée par les joyeux drilles envers un des plus riches pairs de la ville ; et le passé où nous est raconté l’arrivée de Locke au temple de Perelandro, son apprentissage et le caractère déjà bien trempé et arrogant du jeune garçon, mais aussi l’histoire de la cité, des gangs, du capa Barsavi et pleins d’autres petits détails qui étoffent l’histoire. La technique est subtile et permet d’élargir l’univers dans lequel est plongé le lecteur, in media res, faisant faire des pauses astucieuses dans la lecture soutenue de l’intrigue, pauses arrivant toujours lorsque le récit est à son climax. Rien n’est laissé au hasard, Scott Lynch maîtrise parfaitement son roman et nous le fait clairement savoir : si, par mégarde, l’attention du lecteur décline à un moment, Lynch sait comment la faire redémarrer grâce à l’intervention, stratégiquement dosée, de nouveaux éléments et de nouveaux personnages. Son style, avec une certaine dose d’humour, est fluide, et il lui suffit seulement de quelques mots pour dépeindre une situation, un lieu, une scène, un décor pour qu’on puisse l’avoir en tête. La carte de Camorr, présente au début du livre, devient vite superflue. On ne lâche plus le livre et les pages défilent jusqu’à ce qu’on se retrouve un soir à 2h du matin, hagard comme sorti d’un rêve, les yeux qui piquent, devant admettre qu’il est temps d’aller se coucher.

Mais l’histoire palpitante et bougrement romanesque, ne serait rien sans son héros et sa bande. Dotés d’un sens de l’humour à toute épreuve même face aux pires situations, Locke Lamora et les Salauds Gentilshommes deviennent très vite nos grands copains. L’amitié fraternelle qui les unie est touchante, voire même émouvante à la fin du roman. Astucieux, imaginatifs, menteurs, pleins de fougue et d’entrain, les compères virevoltent dans Camorr, cité aux allures vénitiennes, tels des Arlequins malicieux, mais se transforment en d’impitoyables et mortels adversaires si l’on ose s’approcher trop près d’eux. Ça cabotine de temps à autre, mais on pardonne facilement ces excès de trait d’humour, dus à la jeunesse de l’auteur – 26 ans à l’époque de la sortie du roman -.

Terminé aux jardins du Luxembourg hier après-midi, dans une chaise longue au soleil, le roman de Scott Lynch m’a rendue heureuse. Comme je l’ai dit dans mon précédent post, Les Salauds Gentilshommes m’a redonné le goût de lire avec plaisir et acharnement, et par la même occasion m’a insufflé l’envie de réécrire des billets. Mes Salauds, ce billet est pour vous !

Je remercie au passage les Livraddictiennes qui par leurs commentaires très enthousiastes m’ont convaincue de me taper, après le boulot, deux changements de ligne, 20 min de marche, dont 10 perdues à retrouver mon chemin après avoir loupé une intersection, pour trouver la librairie qui vendait ce précieux roman.

19 réflexions sur “Les Salauds Gentilshommes, T.1 – Scott Lynch

    1. De même, pas une experte en fantasy. A part Game of thrones, mais c’est tellement mal traduit que j’ai été surprise en lisant celui-ci qu’un livre de fantasy pouvait être très bien écrit/traduit, enfin que la lecture était agréable quoi.

      J'aime

  1. J’ai également eu un énorme coup de cœur pour ce roman, lu en trois jours et qui m’a tellement redonné le goût de lire après un passage à vide qu’on ne m’arrête plus ! Comme quoi, ce livre est thérapeutique. Tu as prévu de lire la suite ?

    J'aime

      1. Pas encore non plus, ce sont justement tous les commentaires négatifs qui me font hésiter ! Apparemment le second tome est plutôt raté mais ça semble repartir avec le troisième… Donc voilà, je me tâte un peu !

        J'aime

  2. Et oui ça fait du bien des petits livres comme ça pour relancer la motivation et l’envie de lire aussi. Ce roman a l’air sympa. Je ne lis pas beaucoup de science fiction mais j’avoue en avoir parfois envie, sans trop oser me lancer car je n’y connais rien.

    J'aime

    1. Généralement, la Fantasy est plus facile que la Science Fiction qui a quand même un univers très particulier où le but est presque, selon moi, de faire en sorte que rien ne ressemble à ce que l’on connaît déjà (j’ai d’ailleurs beaucoup de mal avec ça). Alors que « Les Salauds Gentilshommes » est vraiment un roman de Fantasy que l’on peut lire quand on est novice.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s