Dans la maison vide

Euuuh… Février ? Vraiment ? Je viens de réaliser que je ne suis pas venue depuis le début de l’année, que je n’ai pas écris un seul billet, que je n’ai pas fini un seul livre depuis… Février !

Manque d’envie, manque de temps pour lire, pour rêvasser, pour penser à vous, aux lectures et au blog. Qu’est ce qui s’est passé depuis 6 mois ? Pas grand chose à vrai dire. Au niveau des lectures tout du moins. Quand je regarde mon carnet, la page est restée au même point, sur le mois de « Février » vide. Et pourtant j’ai lu, lu, lu. Des choses intéressantes, d’autres moins, dont je suis incapable de me souvenir du titre.

A part un événement. Oui je parle d’événement, car je reviens sur mon avis fait sur Le trône de fer (tome 1) publié avant la sortie de la série aux USA, autrement dit un bail.

Devenue fan de la série au premier épisode alors que j’avais moyennement aimé  le premier tome de la saga littéraire en grande partie à cause de la traduction, je suis revenue sur ma décision. Pour ma défense, quelques points ont conditionné ma nouvelle approche du Trône de Fer. Tout d’abord, les éditions françaises ont enfin eu l’intelligence de nous faire parvenir le véritable format des tomes, appelés maintenant « intégrale ». Vendu dans les années 90 en petites tranches, correspondant aux différentes parties composant un tome, Le Trône de fer était édité avec une traduction des plus médiocres. A présent, on peut trouver dans tous les points de vente les intégrales de 1000 pages environ, avec une traduction revue et corrigée. Enfin ! Et puis la saison 3 de GOT est arrivée et j’ai commencé à ne plus rien comprendre à l’histoire et aux très nombreux protagonistes. Sur les conseils de fans de la première heure, je loupais tellement de détails de cet univers qu’il me fallait à tout prix me mettre à la lecture. Chose faite ! Après lecture donc de l’intégral n°1, j’étais comblée. J’avais un ensemble de problèmes psychologiques, politiques, religieux et humains devant les yeux que la série ne pouvait pas traiter dans son intégralité.

Extrêmement intelligent et anti-manichéen, la saga du Trône de fer est, je pense, l’incontournable de cette décennie. Je ne vais pas m’étendre sur le style, étant encore convaincue que la traduction peut être améliorée.

Une dernière chose avant de vous laisser, je suis en train de lire, entre autres, le premier tome de Nox, la nouvelle saga de mon auteur de jeunesse français fétiche, Yves Grevet. Rappelez-vous, j’avais fait un billet « coup de coeur  » pour sa saga Méto en Janvier.

Je vous en parle dès que j’ai fini, c’est promis !

Tchüss,

Charmant-petit-monstre

Une réflexion sur “Dans la maison vide

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s