Les chaussures italiennes – Henning Mankell

Je connaissais Mankell pour ses romans policiers. J’en avais lu quelques uns dont Le retour du Professeur de danse, mais aucuns ne m’avaient vraiment plu. Il y a un an quasiment, Nanapomme m’a offert pour le Swap Read me, I’m fashion Les chaussures italiennes du Suédois et m’a donné l’occasion de (re)découvrir un auteur.

Fredrik Welin, ancien chirurgien, vit seul sur une tout petite île de la Baltique avec son chien et sa chatte. Reclus voir même exilé, il n’a d’autres passe-temps que de faire trempette dans un trou de glace tous les matins. Sans famille ni amis, il ne voit personne, vit comme un ermite et tient bien finir sa vie ainsi sans avoir à adresser la parole à quiconque, sauf peut-être à l’horripilant et hypocondriaque Jansson qui lui apporte son courrier en hydravion toutes les semaines. Mais c’est sans compter l’interruption d’Harriet, amour de jeunesse abandonnée 40 ans plus tôt, qui est venu lui faire tenir une promesse. Dès lors, Fredrik va sortir de sa réclusion et voir sa vie recommencer.

Mankell dépeint un étrange roman où gravite des personnages marginaux en quête de chaleur humaine. Tour à tour cynique, incisif et émouvant, Les chaussures italiennes est un hommage à la vie, et par opposition, un cri contre la soumission qu’on doit à la mort. Ce n’est pas très drôle, beaucoup de sujets abordés sont tristes et l’on retrouve des thèmes chers à Mankell dont le souci de l’immigration. Mais, malgré tout, on se laisse bercer par sa très belle écriture, chose dont je n’avais pas pris en compte lors des lectures de ses polars.

Une très bonne lecture, bonne surprise également qu’a été ces Chaussures Italiennes. Désormais, je m’intéresserai un peu plus en détail sur les romans « roman » de Mankell, en laissant de côté ses policiers.

Et puis, merci à Nanapomme pour me l’avoir offert !

11/26 Challenge ABC

 

2 réflexions sur “Les chaussures italiennes – Henning Mankell

  1. J’avais adoré ce roman pour son côté original. Un personnage qui n’attire pas forcément la sympathie et qui pourtant, m’avait vraiment touché. On se pose des questions sur la solitude, la mort, on se demande comment on réagira à son âge…C’était une belle découverte.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s