Limonov – Emmanuel Carrère

Quand on me demande ce que j’ai lu et de quoi cela parlait, j’ai un peu de mal à répondre, même après la lecture de cette biographie, tant le sujet, Edouard Limonov, est un homme  à multiples facettes, complexe et difficile à cerner. Homme d’une envergure romanesque, écrivain idolâtré, voyou de banlieue, SDF, loser, soldat dans les Balkans, chef du parti national-bolchevique, courageux, justicier mégalomane, salaud, honnête… Tant d’aventures, tant de vies vécues en une seule. On a beau dire ce qu’on veut, Edouard Limonov n’est pas un homme comme les autres.

Plus qu’une biographie, Limonov c’est l’histoire de la Russie depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale; c’est le désir humain de devenir quelqu’un, d’être reconnu, le désir de laisser une trace dans l’Histoire. Il y a un peu de l’auteur, Emmanuel Carrère, dans cette biographie, une part de lui, du jeune homme qu’il a été, ces espoirs et ces désillusions qui rentrent étrangement en écho avec ceux de Limonov, cet homme qui le fascine.

L’écriture est fluide, une écriture de journaliste agréable et pédagogique, sans fioritures, sans chichis avec une dose d’humour et d’ironie absolument désopilante.

Berezovski, Goussinski, Khodorkovski : Nif-nif, Naf-naf, Nouf-nouf, qui, comme dans les troupes théâtrales fauchées où il y a plus de rôles à jouer que d’acteurs pour les tenir, incarneront dans la suite de ce livre tous ceux qu’on a appelé, les oligarques. p 336

Ou encore…

Castro, Kadhafi, Saddam Hussein, seuls rescapés du cercle des poètes disparus… 

Emmanuel Carrère

Refusant tout jugement moral envers son personnage, même si parfois les actes racontés sont peu glorieux, Emmanuel Carrère dessine le personnage de Limonov avec la tendresse et l’indulgence d’un père pour un enfant qui aurait fait une bêtise. Témoin de cette osmose entre l’auteur et son sujet,  je me suis surprise moi aussi à ne pas porter de jugement sur cet homme, envoûtée que j’étais par sa personnalité hors norme quoique ambigüe.

Si je ne devais pas m’arrêter de temps en temps (pour manger, dormir, aller à la fac et travailler), j’aurais fini ce livre d’une traite tellement le récit qui vacille entre biographie et auto-fiction est passionnant. Composé par tranches de vie, Limonov se dévore comme un roman, comme un documentaire, comme une aventure à laquelle on aimerait bien connaître la fin.  

Je cherchais un livre me parlant de la Russie et qui pourrait boucher mes grandes lacunes en Histoire et je l’ai trouvé. Tout en suivant Limonov dans ses pérégrinations, on suit le cours de l’Histoire qui secoua comme un pommier la seconde moitié du XXe siècle. Passionnant !

Edouard Limonov

 J’ai un physique agréable, mais je mords. Attirant et venimeux. Des gens comme moi, on devrait les fusiller, qu’ils n’aillent pas répandre leur venin. Les États ont bien raison, ils s’y prennent même trop tard, il faudrait abattre préventivement les êtres capables de détruire. Je suis un chien enragé.  (Edouar Limonov, Le Journal d’un raté, 1982) 21

12 réflexions sur “Limonov – Emmanuel Carrère

  1. Et lisez en complément pour une réelle compréhension du personnage le livre d’Emmanuel Carrère « Limonov »…..fantastique!!^^

    J'aime

  2. J’ai adoré ce livre et tu le décris très bien.
    J’aime beaucoup quand tu dis « l’indulgence d’un père pour un enfant qui aurait fait une bêtise », c’est tout à fait ça.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s