"American Darling" de Russell Banks, une révélation !

Couverture édition Actes Sud

*COUP DE COEUR*

American Darling que je viens de terminer, m’a complètement transportée et m’a fait connaître un formidable auteur.

Présentation:

Publié en 2005 chez Actes Sud, American Darling est certainement l’œuvre la plus aboutie de Russell Banks. L’auteur est né en 1940 dans le Massachusetts, USA. Écrivain engagé, on retrouve dans ces œuvres le thème de la recherche paternelle et la domination des hommes sur les petites gens écrasées par leur condition, leur nature et leur vie.

La rencontre:

Il m’a été conseillé par un bon nombre de gens de ma famille. Ils étaient à deux doigts de me le mettre dans les mains en disant « Lis-le ». Et pourtant j’ai attendu quelques années. Puis, un jour où il pleuvait à la fin d’un été et alors que j’avais , ô malheur, fini mes livres,  je l’ai vu traîner sur la commode de ma grand-mère. Regardant de droite à gauche, la main hésitante, j’ouvris la couverture et je lus plusieurs pages. Trop tard ! La rentrée universitaire était arrivée et comme je ne pouvais pas l’emmener avec moi, American Darling dut rester chez ma grand-mère. Après plusieurs lectures obligatoires pour mes cours de littérature, ma frustration était telle que je suis partie un samedi matin faire le tour des bouquinistes avec 6 euros et des poussières dans la poche, dans l’espoir de le retrouver. Une heure après, j’étais désespérée ! J’avais fait tous les bouquinistes de la ville et aucun ne l’avait. Découragée, je m’en fût sur le chemin du retour, quand j’aperçus dans une toute petite ruelle un panneau qui indiquait des livres d’occasion. Je suis rentrée dans la petite boutique sombre et j’ai demandé d’une petite voix si par le plus grand des hasards ils possédaient American Darling. Le bouquiniste fit une moue, mais se leva et alla fouiller dans ses rayonnages. Soudain il s’exclama : « Ah ! Vous avez de la chance, c’est le dernier ! « . HOURRA ! me suis-je exclamée pour moi-même. Le sourire aux lèvres, je le payai, 4 euros !, puis je partis heureuse, le livre sous le bras. C’était ma victoire ! Rentrée à la maison, je me suis enfermée dans ma chambre et j’ai lu pendant trois jours.

Le livre:

American Darling (The Darling en VO) raconte l’histoire d’une femme blanche de 59 ans, Hannah Musgrave, qui souhaite revenir au Liberia où elle a laissé quelques années plus tôt son mari et ses trois fils en pleine guerre civile. Le lecteur fait sa connaissance dans sa ferme de Keene Valley où tous les employés ne sont que des femmes. Un soir, elle fait un rêve, le rêve qu’elle attendait depuis des années,  qui va la faire revenir en Afrique. Récit à la première personne du singulier sous forme de confidences, Hannah est une baby-boomer. Issue de la bourgeoisie américaine, parents aimants, père médecin célèbre, elle avait tout pour être heureuse. C’était sans compter la nature rebelle d’Hannah. Faisant partie d’une jeunesse en quête d’identité, de repères et de révolution (les années 60 et 70), Hannah devient une révolutionnaire, une Weathermen éprise de justice. Le lecteur suit pas à pas les rencontres et les actions de l’héroïne, des États-Unis jusqu’à son exil au Liberia.  Hannah finit par épouser un Libérien important et goûte à une vie tranquille et luxueuse jusqu’au jour où la politique du pays dérape et entre dans une ère de terreur. La petite Américaine pourrie gâtée va se retrouver confrontée à la dure réalité de la guerre civile et va tenter d’y échapper.

Le personnage de l’héroïne est assez complexe. Le lecteur vacille entre la compassion et l’inimitié face à cette femme paumée et représentative de son époque. J’ai souvent  été choqué par sa nature : un passage en particulier m’a marqué où elle écrit à ses parents du Liberia. La correspondance est froide alors que ses parents inquiets ne demandent qu’à avoir de ses nouvelles. Ou encore le fait qu’elle ne ressentira jamais un amour maternel pour ses fils contrairement aux singes dont elle s’occupe. Sur ce point, on sent le message engagé que nous envoie Banks sur les chimpanzés, les « rêveurs » comme Hannah les appelle, et régulièrement dans le récit, il est question de la condition de ces petits animaux si proches de l’être humain.

Mêlant fiction, faits et personnages historiques, Russell Banks nous plonge au cœur d’un pays et au cœur de ses problèmes politiques le jour où les Américains les ont abandonné à leur sort.

Un livre fort qui s’accélère au fil des pages, confrontant le lecteur et son héroïne à l’horreur de la guerre. Une écriture impeccable, une analyse psychologique des personnages bien pensée, une histoire poignante, telle est la recette de la réussite de ce roman.

A lire de toute urgence !

Un autre avis ? Allez voir chez Nymphette.

 

5 réflexions sur “"American Darling" de Russell Banks, une révélation !

  1. Je découvre ton blog via C.Libres. Ton avis sur ce roman est intéressant car assez différent du mien, même si c’est pour moi aussi un coup de coeur. Je l’ai lu comme un plaidoyer sur l’engagement davantage que sur les questions de relations familiales. Je comprends ton point de vue sur l’héroïne, et je pense que R BANKS ne cherche pas à la rendre sympathique, plutôt « vraie »! Tu peux lire ma critique ici: http://www.critiques-futiles.fr/livres/american-darling-de-russel-banks/ (mon futur nouveau blog, migration en cours…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s